Fred Mercier

Le meilleur et le pire du nouveau Kia Niro

Après avoir passé une semaine à son volant, voici ce qu’on a pensé du Kia Niro 2017.

Kia Niro 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 9/10

  • Équipement: 8/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 8/10

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 7/10

  • Rangement: 8/10

Pouvant déjà compter sur une variante hybride de l’Optima et sur une version 100 % électrique du Soul, Kia ajoute une corde à son arc environnemental avec le Niro.

Contrairement au Soul ou à l’Optima, le Kia Niro a été développé dès le départ avec l’intention d’en faire un véhicule vert. Oubliez donc la version traditionnelle à essence. Avec le Niro, même le modèle de base fait appel à une motorisation hybride. Kia promet aussi une variante enfichable au cours des prochains mois.

Après avoir passé une semaine à son volant, voici ce qu’on a pensé du Kia Niro 2017.

Le meilleur

Consommation d’essence risible

Avec le Niro, même pas besoin de faire d’effort pour atteindre une consommation d’essence qui se rapproche de celle de la Toyota Prius. Avec une cote combinée ville/route de 4,7 L/100 km, on commence à jaser.

C’est un peu plus que ce qu’offre la Hyundai Ioniq hybride, construite à partir de la même plateforme et avec la même motorisation que le Niro. Sauf que, quand on prend en compte le gabarit plus imposant du Niro, on peut lui pardonner ce petit excès.

 

Polyvalence agréable

Parlons-en, justement, de son gabarit. Le Niro présente une capacité de chargement de 635 litres dans le coffre, laquelle passe à 1789 en rabaissant la banquette. C’est supérieur à ce que bien des véhicules encore plus gros peuvent se targuer d’offrir. Enfin, un véhicule hybride qui nous donne un peu d’espace!

 

Plaisir de conduire surprenant

Sous ses airs de petit VUS, le Niro conserve un centre de gravité assez bas pour offrir une conduite franchement dynamique. En optant aussi pour une transmission à double embrayage à six rapports au lieu d’une boîte à variation continue (CVT), Kia réussit à nous faire oublier qu’on est à bord d’un modèle hybride.

En fait, le Niro n’a de VUS que son look. Parce que pour le reste, c’est un véhicule familial dont le comportement s’apparente davantage à des modèles comme la Subaru Outback ou même à la Volkswagen Golf Sportwagen.

Les 139 chevaux que réussissent à combiner son moteur électrique et son bloc à essence de 1,6 litre n’ont peut-être rien d’impressionnant, mais son couple de 195 livres-pied l’est assurément. En ville, les accélérations sont franches et la direction étonnamment directe. Une belle surprise.

 

Bon équipement à bon prix

Même dans sa version de base (26 850 $), le Kia Niro est équipé de série de sièges avant chauffants, d’un volant chauffant, d’une caméra de recul et d’un système d’infodivertissement compatible avec Android Auto et Apple CarPlay.

Parlant du système d’infordivertissement, il faut lever notre chapeau à Kia. Alors que même les plus grandes marques de luxe semblent encore avoir de la difficulté à développer une interface conviviale pour les utilisateurs, le constructeur coréen réussit un tour de force. Tout est simple, bien indiqué et facile à comprendre. Chapeau!

 


Le pire

Accélérations difficiles à haut régime

Si le Kia Niro m’a agréablement surpris lors de mes déplacements en ville, ç’a été un peu moins glorieux sur l’autoroute. À plus haute vitesse, on sent que le Niro manque un peu de jus. On reste sur notre appétit.

Rien de bien majeur, mais lors de manœuvres de dépassement, par exemple, ça peut devenir irritant.

Absence de rouage intégral

C’est peut-être son gabarit ou ses tours d’ailes en plastique qui nous trompent, mais en regardant le Niro, on croit d’abord avoir affaire à un véhicule à quatre roues motrices. Malheureusement, il n’en est rien.

Peu importe sa version, le Niro fait appel à une architecture à roues motrices avant. Pas de rouage intégral au menu, même en option. Voilà qui devrait faire déchanter quelques consommateurs québécois.

 

Pas de variante électrique

Le Kia Niro est construit à partir de la même plateforme qui a servi au développement de la Hyundai Ioniq. Sauf que même si l’Ioniq propose aussi un modèle entièrement électrique, rien n’indique que Kia commercialisera une telle variante avec le Niro.

Certes, on nous assure qu’une version hybride rechargeable s’en vient et que celle-ci pourra parcourir quelques dizaines de kilomètres sans une goutte d’essence. Sauf que pour l’électrique, Kia semble plus frileuse. Il faut dire qu’on propose déjà une version électrifiée du Soul et que le fait de proposer la même chose avec le Niro pourrait se résumer à une cannibalisation commerciale pour Kia.

Reste qu’on aimerait bien voir un Niro électrique! Peut-être un jour, qui sait...

 

Fiche technique

Nom: Kia Niro
Prix de base: 26 850 $
Configuration: Véhicule hybride à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique: Moteur à quatre cylindres de 1,6 L et moteur électrique de 32 kW
Puissance/couple: 139 ch/198 lb-pi
Transmission: Automatique à six rapports à double embrayage
Consommation d’essence annoncée: 4,5 L/100 km (ville) 4,8 L/100 km (route)
Garantie de base: 5 ans/100 000 km
Concurrence: Hyundai Ioniq, Toyota Prius V, Ford C-Max

 

Appréciation (sur 10)

Consommation d’essence: 9
Équipements: 8
Prix: 7
Style: 8
Confort (à l’avant): 7
Confort (à l’arrière): 7
Tenue de route: 7
Performance: 7
Espace de rangement: 8
Note globale: 8

Kia Niro 2017
Kia Niro 2017
Kia Niro 2017
Kia Niro 2017
Kia Niro 2017

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs