Fred Mercier

Tesla s’en va vers la faillite, dit Bob Lutz

Tesla vient tout juste d’annoncer qu’elle compte construire un camion 100% électrique et la voiture de production la plus rapide au monde. Mais il faudra visiblement plus que ça pour impressionner Bob Lutz.

727c5929-9bb6-4aa5-a574-0e1b428e9b8f

AFP

Tesla vient tout juste d’annoncer qu’elle compte construire un camion 100 % électrique et la voiture de production la plus rapide au monde. Mais il faudra visiblement plus que ça pour impressionner Bob Lutz.

Bob Lutz, 85 ans, est une sommité du monde automobile. Ayant occupé des postes clés chez plusieurs constructeurs (BMW, Ford, Chrysler, General Motors), Lutz ne se gêne pas pour donner son opinion sur le monde automobile. Et dans une récente entrevue accordée à CNBC, il n’a pas été tendre à l’endroit de Tesla et de son PDG, Elon Musk.

«Cette compagnie, les amis, s’en va vers la faillite», a martelé M. Lutz. Selon lui, les récents dévoilements de Tesla n’étaient qu’une stratégie pour dévier l’attention des résultats financiers décevants de l’entreprise.

Au sujet d’Elon Musk, grand patron de Tesla, Lutz n’a pas non plus mâché ses mots. «Je reçois des courriels disant “pourquoi critiquez-vous Elon Musk? Ne comprenez-vous pas qu’il essaie de sauver la planète?” Peut-être qu’il sauve la planète, mais pendant ce temps, il dirige une entreprise déficiente.»

Problèmes de délai

Plus d’un an et demi après en avoir fait la présentation, Tesla n’a toujours pas officiellement livré sa première Model 3. Le véhicule le plus abordable jamais lancé par l’entreprise californienne a reçu une tonne de commandes qui continuent de se faire attendre.

 

À lire aussi: La Tesla vue par un homme de 97 ans

 

La valeur boursière du constructeur (TSLA) en a d’ailleurs pris pour son rhume cet automne, passant de 385,00 $ le 18 septembre à 315,05 $ le 20 novembre. Depuis 2013, toutefois, la valeur de l’entreprise a augmenté de façon exponentielle, passant de quelques dizaines de dollars à peine à plus de 300 $ aujourd’hui. 

 

Reste que l’entreprise, malgré son immense popularité, éprouve encore de la difficulté à être profitable.

«Le design [des voitures Tesla] est bon, mais le modèle d’affaires est terrible», laisse tomber Bob Lutz. Et si ça continue comme ça, l’homme d’affaires craint qu’on ne voie jamais la version de production de la sublime Tesla Roadster, attendue pour 2020. «À ce rythme, ils ne se rendront jamais en 2019», estime-t-il.

Valeur boursière Tesla

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs