Fred Mercier

Une entreprise québécoise lance le Uber du dépannage automobile

Pour 25$, un automobiliste en panne peut avoir recours aux services de survoltage de la part d’un autre utilisateur de Boostmi.

Boostmi

Chaque hiver, la même histoire se répète. Une vague de froid finit par s’abattre sur le Québec et tout d’un coup, des centaines de voitures refusent de démarrer.

Et là, c’est la panique. Les lignes de CAA-Québec rougissent et le temps d’attente pour un simple survoltage de batterie s’allonge inévitablement.

 

À lire aussi: Voici comment bien préparer sa voiture pour l'hiver

 

Avec l’application Boostmi, offerte sur iOS et Android, un groupe d’entrepreneurs québécois a bien l’intention de changer ça. Utilisant une interface à peu près identique à celle d’Uber, Boostmi permet à des gens en panne d’entrer en contact avec d’autres utilisateurs qui, eux, sont prêts à se déplacer pour effectuer un survoltage.

«On offre une nouvelle option aux automobilistes, explique Kevin Mayer, directeur au marketing chez Boostmi. C’est une version 2.0 du principe d’aller demander de l’aide à son voisin», poursuit-il.

Pour 25$, un automobiliste en panne peut avoir recours aux services de survoltage de la part d’un autre utilisateur de Boostmi. À la manière d’Uber, toutes les transactions sont effectuées en ligne. Aucun argent liquide n’est nécessaire.

Pour chaque survoltage effectué, l’utilisateur aideur se met quant à lui 20$ dans les poches. Aucune formation n’est nécessaire, mais Kevin Mayer assure que ce sera éventuellement mis en place.

 

Plus qu’un service de survoltage

Depuis quelques semaines, Boostmi est passée à une autre étape de sa jeune existence. Lancée en janvier 2016, l’application québécoise permet désormais à ses utilisateurs d’entrer en contact avec un réseau de professionnels pour une panoplie de nouveaux services.

Au survoltage s’ajoutent ainsi une assistance pour le déverrouillage des portes, le remplacement d’un pneu crevé, l’aide à la panne d’essence de même que le remorquage.

Variant d’un prix de base de 40$ à 72$, ces services ne peuvent être rendus que par des professionnels. Le survoltage à 25$ demeure disponible aux utilisateurs en mode pair-à-pair, mais ceux-ci peuvent aussi payer 40$ pour qu’un professionnel du dépannage s’en occupe.

Certaines variables comme la situation météorologique, l’emplacement géographique et l’achalandage peuvent faire varier les tarifs de Boostmi, mais M. Mayer assure que les utilisateurs en sont automatiquement avertis. «Le client sera toujours avisé de cette modification tarifaire avant de faire sa demande de service», plaide-t-il.

 

Quelques réserves chez CAA-Québec

Chez CAA-Québec, on assure ne pas voir d’un mauvais œil l’arrivée de nouveaux compétiteurs dans le monde du dépannage. L’organisme affirme tout de même avoir quelques doutes quant aux façons de faire de Boostmi, notamment dans le cadre du survoltage d’un utilisateur à l’autre.

«On a toujours des réserves quand des gens qui n’ont pas nécessairement les connaissances adéquates font du dépannage automobile», tranche Annie Gauthier, porte-parole chez CAA-Québec. «Le survoltage d’une voiture, ce n’est pas un jeu d’enfant», poursuit-elle.

 

À lire aussi: Survoltage: Êtes-vous capable de vous dépanner?

 

Pour le moment, les services offerts par Boostmi sont concentrés dans la grande région de Montréal ainsi que dans Lanaudière. D’ici quelques mois, l’entreprise entend étendre ses activités à l’ensemble de la province.

Puis, au cours de l’année 2018, l’équipe québécoise entend briser les frontières et s’attaquer à d’autres marchés, notamment aux États-Unis et même l’Europe.

«On veut aller loin avec tout ça», conclut Kevin Mayer avec enthousiasme.

Survoltage

Jari Hindstrm - Fotolia

2afc18a6-73ec-467f-8488-390da08ceaeb

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs