Nissan Maxima 2018: entre deux chaises

On a conduit pendant une semaine la Nissan Maxima 2018 et voici notre verdict.

Nissan Maxima 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Puissance du V6
  • Boîte CVT étonnamment agréable
  • Possibilité de conclure une bonne affaire du côté de l’occasion
  • Prix élevé
  • Pas le prestige d’une Infiniti Q50
  • Absence de traction intégrale

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 6/10

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Apparence: 7/10

  • Performance: 7/10

  • Prix: 6/10

  • Rangement: 7/10

En 2016, Nissan a renouvelé sa Maxima. Ça a fait du bien, mais une chose demeure: elle est entre deux chaises puisqu’elle essaie en vain de se tailler une place entre l’Altima et l’Infiniti Q50. Après tout, une Q50 coûte à peine 3000 $ de moins qu’une Maxima de base...

Mais ce n’est pas tout. La Maxima a aussi la malchance de faire partie d'un segment en perte de vitesse, soit celui des berlines pleine grandeur qui font le bonheur des gens qui, on va se le dire, conduisent de moins en moins.

Juste un bon V6

Côté motorisation, on ne s’est pas cassé le bicycle chez Nissan. On n’offre qu’un seul V6, et c’est bien correct ainsi. Il développe 300 chevaux et 261 livres-pied de couple et cette puissance est plus que suffisante. Rappelons que c’est une berline, pas une voiture de course. Or, on ne pourrait passer sous silence que cette puissance est même relativement élevée pour être simplement transmise aux roues avant.

Pas de turbocompresseur, pas de technologie hybride, pas de flafla. Rien. Juste un bon vieux V6 qui accomplit tout ce qu’on lui demande. Ça ne fait rêver personne, mais ça fait le travail sans dire un mot. Alors on apprécie! À long terme, on n’a aucune raison de remettre en question la fiabilité de ce moteur.

En ce qui a trait à la consommation, ce n’est pas bien compliqué. Elle consomme, oui, comme une berline animée par un V6 parce que c’est ce qu’elle est. En moyenne, j’ai enregistré 13,6 L/100 km sur un peu plus de 200 kilomètres parcourus principalement en milieu urbain. Du côté de Nissan, on annonce 11,1 L/100 km en ville et 7,8 sur route.

Pas de traction intégrale 

Les concurrentes directes de la Maxima ne sont pas très clairement définies. Et c’est sans doute parce que le public visé par la Maxima n’est pas bien ciblé lui non plus. Sur le site internet de Nissan, selon le critère choisi, Nissan la compare à des voitures différentes. En ce qui concerne la puissance, le constructeur japonais compare entre autres sa berline à l’Acura TLX et à la BMW Série 3. Deux voitures qui offrent le rouage intégral, mais pas la Maxima.

Oui, tout le monde peut survivre sans traction intégrale. Mais au Québec, une fois qu’on y a goûté, on ne veut plus et on ne peut plus s’en passer. Mais rassurez-vous, Nissan compare aussi sa Maxima à la Chevrolet Impala et à la Toyota Avalon qui, à mon avis, sont des concurrentes bien plus directes. Soit dit en passant, ces deux berlines n’offrent pas de rouage intégral. 

Pour une fois qu’une transmission CVT n’est pas désagréable!

Je n’ai pas toujours été tendre à l’égard des boîtes automatiques à variation continue (CVT). Elles m’ont fait sacrer plus d’une fois. Mais cette fois, dans la Maxima, je suis forcé de dire qu’elle ne m’a pas déplu du tout, même que j’irais jusqu’à dire qu’elle est efficace. Lors des accélérations vives, même avec le mode Sport activé, elle s’est avérée sans reproche.

Finition intérieure satisfaisante

Nissan n’est pas un constructeur de prestige, mais à l’intérieur, on a réussi à bien aménager le tout. Si vous optez pour la version SR, vous aurez même droit à des garnitures en Alcantara. Dans la version d’essai, soit la Platine, on pouvait compter sur des sièges rehaussés de cuir Ascot, ce qui bonifie le confort. 

Places arrière décevantes

J’écrivais plus haut que la Maxima est une berline, pas une voiture sport. Mais pour une berline de cette taille, les places arrière sont quelque peu décevantes. Autant l’espace réservé au conducteur et au copilote est plus que suffisant, autant ceux qui prennent place à l’arrière se sentent un peu à l’étroit. Le dégagement pour les jambes est, somme toute, convenable.

Si vous ne voulez pas de «wow»

Je n’irais pas jusqu’à dire qu’une Infiniti fait tourner les têtes. Surtout pas la populaire Q50. Mais le fait d’acheter une voiture de luxe vient avec un certain prestige. Et ça, la Maxima ne l’offre pas. Pourtant, rappelons-le, il n’y a que 3000 $ entre les versions d’entrée de gamme de ces deux modèles.

Tout ça pour dire que si vous achetez une Maxima, ne vous attendez pas à rendre jaloux votre voisin ou votre beau frère. Ils vont simplement penser que vous vous êtes acheté une grosse Altima. 

Bref 

Même si j’ai ressenti du plaisir à la conduire pendant la semaine d’essai qui dépassait mes attentes, je serais hésitant à me procurer une Maxima neuve. Dans sa version de base, la SV, la Maxima se détaille presque 37 000 $. Quant à la version la plus cossue, soit la Platine comme celle mise à l’essai, il faut débourser plus de 44 000 $ pour l’obtenir.

Je serais probablement porté à jeter un œil du côté des véhicules d’occasion afin de dénicher une perle usagée avec peu de kilométrage, ce qui me ferait économiser plusieurs milliers de dollars. On peut, sans trop se forcer, dénicher un exemplaire âgé d’un an ou deux avec environ 30 000 kilomètres pour un peu moins de 30 000 $. Là, on parle d’une bonne affaire. Trouver une Infiniti Q50 ayant les mêmes caractéristiques serait toutefois un plus grand défi. 

Fiche technique

Nom: Nissan Maxima 2018
Prix de base: 36 990$
Prix du modèle à l’essai: 44 150 $
Configuration: Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique: Moteur à six cylindres de 3,5 litres
Puissance/couple: 300 ch/261 lb-pi
Transmission: Automatique à variation continue (CVT)
Consommation d’essence annoncée: 11,1 L/100 km (ville) 7,8 L/100 km (route)
Garantie de base: 3 ans/60 000 km
Concurrence: Chevrolet Impala, Ford Taurus, Toyota Avalon

Appréciation (sur 10)
Consommation d’essence: 7
Équipements: 7
Prix: 6
Style: 7
Confort (à l’avant): 7
Confort (à l’arrière): 6
Tenue de route: 7
Performance: 7
Espace de rangement: 7
Note globale: 7

Forces
Puissance du V6
Boîte CVT étonnamment agréable
Possibilité de conclure une bonne affaire du côté de l’occasion

Faiblesses
Prix élevé
Pas le prestige d’une Infiniti Q50
Absence de traction intégrale

Nissan Maxima 2018

Nissan

Nissan Maxima 2018

Nissan

Nissan Maxima 2018

Nissan

Nissan Maxima 2018

Nissan

Nissan Maxima 2018

Nissan

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs