Un autre semi-remorque électrique pour concurrencer celui de Tesla

Il y a véritablement un engouement à l’heure actuelle pour les semi-remorques électriques. Et Tesla y a assurément contribué en lançant son camion cet automne.

Thor Trucks ET-One

Thor Trucks

Il y a véritablement un engouement à l’heure actuelle pour les semi-remorques électriques. Et Tesla y a assurément contribué en lançant son camion cet automne.

Aujourd’hui, c’est au tour de Thor Trucks de se lancer dans l’arène. En effet, l'entreprise en démarrage californienne (en anglais, startup) vient de dévoiler l’ET-One, un semi-remorque qui promet de parcourir 483 kilomètres avec une seule charge et de pouvoir tirer jusqu'à 36 000 kilogrammes. 

Au chapitre du design, l’ET-One de Thor Truck s’apparente à celui de Tesla. Or, on remarque que cette startup a privilégié un aménagement conventionnel de la cabine plutôt que de positionner le chauffeur en plein centre pour accroître la visibilité. 

Comme on peut le lire sur Trucks.com, cette petite entreprise aux grandes ambitions ne compte que 18 employés en ce moment. Malgré ses importants pépins sur le plan de la livraison, Tesla possède tout de même une structure administrative plus approfondie. 

Par ailleurs, Thor Trucks en a aussi profité pour présenter les prix qui sont globalement moins avantageux que ceux avancés par Tesla. Pour la version proposant une autonomie de 483 kilomètres, le prix s’élève à 320 000 $. Pour l’équivalent du côté de Tesla, on parle plutôt d’un prix de 190 000 $. Un écart qui n'est pas négligeable.

On prévoit aussi qu’une version offrant une autonomie de 160 kilomètres verra le jour au prix de 190 000 $. 

De plus, rappelons aussi que Cummins avait également annoncé l'été dernier qu'elle avait l'intention d'être un joueur dans le secteur des semi-remorques électriques. 

À lire aussi: Bientôt de la bière livrée en Tesla

Thor Trucks ET-One

Thor Trucks

Thor Trucks ET-One

Thor Trucks

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs