Fred Mercier

Alfa Romeo Stelvio: Le VUS qui n’en est pas un

Aussitôt revenue en Amérique du Nord, voilà qu’Alfa Romeo succombe à la tentation et commercialise le premier VUS de son histoire.

Alfa Romeo Stelvio 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Style distinctif
  • Qualité de finition irréprochable
  • Consommation très raisonnable
  • Visibilité problématique
  • Espace cargo décevant
  • Espace cargo décevant

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 8/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 8/10

  • Rangement: 5/10

Aussitôt revenue en Amérique du Nord, voilà qu’Alfa Romeo succombe à la tentation et commercialise le premier VUS de son histoire.

Après Porsche, Jaguar et Maserati, disons qu’il fallait s’y attendre. Mais comment une marque à l’aura sportive comme Alfa Romeo peut-elle commercialiser un VUS tout en conservant une certaine crédibilité auprès des puristes?

Familiale ou VUS?

En fait, l’appellation VUS est un peu galvaudée, ici; le Stelvio est présenté de cette façon simplement pour des raisons de marketing. Parce que dans les faits, on a pratiquement affaire à une Giulia familiale dont la suspension aurait été légèrement rehaussée.

 

À peu près toutes les composantes du Stelvio ont été empruntées à la Giulia, cette berline récemment arrivée sur le marché et qui tente de rivaliser avec les Mercedes-Benz Classe C et les BMW Série 3 de ce monde.

Le Stelvio, malgré ses airs de gros bonhomme, utilise la même plateforme et les mêmes composantes mécaniques que la Giulia. On a donc affaire à un moteur à quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres développant 280 chevaux et 306 livres-pied. Le Stelvio fait aussi appel à la même transmission que la Giulia, une boîte automatique à huit rapports.

Une version Quadrifoglio s’ajoutera bientôt au catalogue, avec un moteur V6 biturbo qui promet des performances ahurissantes. En septembre dernier, le Stelvio Quadrifoglio est même devenu le VUS le plus rapide de l’histoire à franchir le circuit du Nürburgring.

Heureusement, pas besoin de cette version sur les stéroïdes pour apprécier la conduite de ce nouvel Alfa Romeo. Évidemment plus lourd qu’une berline, le Stelvio demeure néanmoins étonnamment agile pour un véhicule de ce gabarit. À son bord, on oublie presque qu’on conduit un VUS. Si on peut l’appeler ainsi.

 

Un habitacle invitant

Il faut dire qu’Alfa Romeo a vraiment mis le paquet pour conférer au Stelvio une aura de voiture sport sous sa costaude carrosserie. Et ça va bien au-delà de la jolie calandre triangulaire qui trône sur la devanture.

À l’intérieur, le Stelvio inspire la même ambition grâce à des matériaux bien choisis et à une finition sans reproche. Tout est épuré, bien présenté. Encore là, on a vraiment l’impression que l’habitacle a été calqué sur celui de la Giulia.

 

Les sièges offrent un support plus qu’appréciable et la direction est d’une précision franchement impressionnante pour un véhicule de cette taille. À même le volant, un bouton permet de démarrer la mécanique alors qu’une roulette au centre de la console propose trois modes de conduite qui changent instantanément certains paramètres du véhicule pour une expérience à bord personnalisée.

 

Parlant des modes de conduite, le mode Dynamic, qui se veut le plus sportif du lot, m’a quelque peu laissé sur mon appétit. J’aurais aimé un comportement encore plus agressif, plus brutal. Pour un « VUS » aux prétentions aussi sportives, c’est décevant.

Autre aspect négatif, le système de navigation. La plupart du temps, il m’a mené vers un mauvais chemin ou s’obstinait à vouloir me faire prendre une sortie qui n’existait pas. Faut dire que le chaos montréalais n’aide pas non plus... Je n’en aurais pas fait tout un plat si j’avais pu connecter mon téléphone au véhicule, sauf que ni Android Auto ni Apple CarPlay ne sont compatibles avec le système d’infodivertissement du Stelvio. Pas fort, pour un bolide dont le prix de départ dépasse les 50 000 $. Heureusement, on nous dit que ça s’en vient bientôt.

 

Pratique, le Stelvio?

L’Alfa Romeo Stelvio est si agile qu’on oublie presque être à bord d’un VUS. Mais peut-il au moins se targuer d’offrir les avantages qu’un VUS est censé offrir?

Avec 525 litres d’espace disponible dans le coffre, le Stelvio propose à peu près deux fois moins de place pour les bagages qu’un Honda CR-V, dont les dimensions sont pourtant similaires. Même le Mazda CX-5, qu’on cite souvent comme cancre de sa catégorie en matière d’espace de chargement, fait mieux avec 875 litres.

 

Pour l’aspect pratique du Stelvio, on repassera.

La visibilité à bord s’avère aussi dangereusement problématique. La ligne élancée du véhicule et sa très petite lunette arrière rendent les changements de voie et les stationnements en parallèle très hasardeux. Une chance qu’il y a les caméras et les avertisseurs sonores pour sauver la mise...

Peu importe ce qu’Alfa Romeo tente de nous faire croire, le Stelvio a difficilement ce qu’il faut pour entrer dans la catégorie des VUS. C’est une Giulia haute sur pattes à laquelle on offre le rouage intégral de série.

Est-ce que ça vaut les 67 502 $ demandés pour la version qu’on avait à l’essai? Aussi bien se tourner vers un vrai VUS, ou bien une vraie voiture sport. Pas un triste compromis entre les deux.


Fiche technique

Nom : Alfa Romeo Stelvio 2018
Prix de base : 52 995 $
Version à l’essai : Ti Sport
Prix du modèle à l’essai : 67 502 $
Configuration : Véhicule à quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Moteur : Moteur à quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres
Transmission : Automatique à 8 rapports
Puissance/couple : 280 ch/ 306 lb-pi
Consommation d’essence annoncée : 10,8 L/100 km (ville) / 8,3 L/100 km (route)
Consommation d’essence observée : 8,5 L/100 km
Capacité de remorquage : 3000 livres
Garantie de base : 4 ans/80 000 km
Concurrence : Jaguar F-Pace, Audi Q5, Mercedes-Benz GLC, BMW X3

 

 

Alfa Romeo Stelvio 2018

Frédéric Mercier

Alfa Romeo Stelvio 2018

Frédéric Mercier

Alfa Romeo Stelvio 2018

Frédéric Mercier

Alfa Romeo Stelvio 2018

Frédéric Mercier

Alfa Romeo Stelvio 2018

Frédéric Mercier

Alfa Romeo Stelvio 2018

Frédéric Mercier

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs