Fred Mercier

10 ans plus tard, Jaguar et Land Rover se débrouillent bien mieux sans Ford

Il y a déjà 10 ans, en janvier 2008, Ford a annoncé que c’est la firme indienne Tata Motors qui allait désormais prendre la charge des marques Jaguar et Land Rover.

Jaguar F-Type

Il y a déjà 10 ans, en janvier 2008, Ford a annoncé que c’est la firme indienne Tata Motors qui allait désormais prendre la charge des marques Jaguar et Land Rover.

À l’époque, on se rappelle que la nouvelle en avait fait sourciller plusieurs. Deux des plus grands symboles de prestige britanniques qui passent aux mains d’un fabricant de voitures qui se faisait alors connaître en commercialisant la voiture neuve la moins chère au monde, la Nano. Disons que ça détonnait.

Et si plusieurs ne donnaient pas très cher de la peau de Jaguar et de Land Rover quand cette transaction a été officialisée, force est d’admettre que les choses vont désormais plutôt bien pour les deux constructeurs.

Chez Jaguar, tout a commencé avec le développement la F-Type, lancée en 2013. À partir de là, l’image désuète du fabricant indo-britannique a pris un tournant inespéré. La XE, la XF et la XJ ont aussi été revues de fond en comble depuis.

 

Plus récemment, Jaguar a même lancé son tout premier VUS, le F-Pace. Et voilà qu’on s’apprête à en recevoir un deuxième chez les concessionnaires, le E-Pace. De plus en plus, Jaguar devient un rival sérieux aux grandes marques allemandes.

Chez Land Rover, on a aussi fait de petits miracles depuis 10 ans. On s’est peu à peu dissocié de l’image hors-route traditionnellement collée à la peau du constructeur pour se tourner vers le luxe.

Le virage était déjà amorcé sous le giron de Ford, mais il s’est intensifié au cours de la dernière décennie. On a ainsi misé sur le prestige du Range Rover pour créer de nouveaux modèles comme les Range Rover Sport, Evoque et, plus récemment, le Velar.

 

Sans être devenus des exemples de fiabilité, les deux constructeurs ont aussi réalisé des progrès notables en matière de qualité de construction. On s’en va quelque part, enfin.

Vraisemblablement, Tata Motors a réussi ce que Ford n’avait pas su faire avec Jaguar et Land Rover: remettre ces deux compagnies sur les rails et leur redonner les lettres de noblesse qui, jadis, faisaient la fierté des Anglais et créaient l’envie des conducteurs de partout dans le monde.

Jaguar E-Type
Range Rover Velar

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs