Éloge accidentel de la sous-compacte

À chaque année, les quelques douzaines de journalistes automobiles que compte cette province se mettent à la recherche d’un véhicule d’essai pour la période des Fêtes.

Hyundai Accent 2018

Marc Lachapelle

À chaque année, les quelques douzaines de journalistes automobiles que compte cette province se mettent à la recherche d’un véhicule d’essai pour la période des Fêtes.

Les plus futés s’y mettent très tôt, parce que la demande est forte pour les machines les plus spacieuses et pratiques. Question de transporter tout son monde et toutes les bébelles imaginables en tout confort et bien au chaud.

Pour tout vous dire, j’attendais un utilitaire sport de luxe pour la période des Fêtes. Un des plus nouveaux, performants et racés du moment, que j’avais eu la chance de conduire à son lancement. J’avais hâte, très franchement, convaincu que ce puissant véhicule à quatre roues motrices allait être, à coup sûr, le traîneau de Noël le plus cool de tous.

Eh bien, cette bête magnifique ne s’est jamais pointée. Elle est sans doute restée coincée dans quelque mystérieux entrepôt ou recoin. Allez donc savoir. Les voies des constructeurs automobiles sont, elles aussi, parfois impénétrables.

Comme Cendrillon

À quelques jours des Fêtes, j’ai donc accepté volontiers l’offre de conduire une version GLS de la Hyundai Accent, toute nouvelle pour 2018. Après tout, un bon journaliste automobile doit connaitre et essayer tout ce qui est nouveau, quel que soit le prix ou la fiche technique. Et tant pis si on n’impressionne pas autant les vieux chums ou la belle-famille cette année.

 

Je suis donc parti enfin à la chasse aux cadeaux le 22 décembre, une fois ma chronique livrée, au volant de cette petite berline sous-compacte coréenne rouge sans prétention aucune. Mettons qu’avec son fougueux quatre cylindres atmosphérique de 1,6 litre, sa boîte automatique à six rapports et seulement deux roues motrices à l’avant, je ne me sentais pas exactement comme Ken Block dans sa Mustang Hoonigan de 800 chevaux à rouage intégral.

 

À lire aussi: Notre essai routier complet de la Hyundai Accent 2018

 

Le lendemain, je grimpais néanmoins la côte De Lorimier et filais ensuite sur Sherbrooke, cap à l’ouest, au volant de la petite Accent. J’avais carrément l’impression de naviguer sur la douzaine de centimètres de neige déjà tombée, bien malaxée par tout ce qui roulait encore en ville, en route vers un premier party de famille.

Alors que ma blonde, allergique à la vitesse et habituée au comportement de notre familiale à rouage intégral, n’appréciait pas tellement sentir l’Accent valser joyeusement, je redécouvrais le défi et le plaisir secret de conduire une petite traction sur la neige.

Ça m’a rappelé le coup de foudre absolu des Québécois pour la première Honda Civic, en 1973. Elle était minuscule, adorable et quand elle s’embourbait sur une neige un peu trop épaisse, on soulevait tout simplement le pare-chocs arrière à deux, on lui donnait une petite poussée et elle repartait. Une vraie motoneige. Ou presque.

 

Surdouées discrètes

Honda apprit ensuite à fabriquer des Civic qui ne rouillent pas en une saison et qui se chauffent et se dégivrent correctement. Celle qui vient de décrocher son 20e titre consécutif de best-seller au pays est également beaucoup plus costaude et infiniment mieux équipée que son ancêtre.

Ma petite Accent des Fêtes n’était certainement pas en reste, pour autant. Les sièges chauffants étaient incroyablement puissants et rapides, presque trop. À -25 degrés Celsius, ça compte sérieusement. J’ai apprécié grandement le volant chauffant gainé de cuir noir, pour les mêmes raisons, en plus de l’écran tactile de 7 pouces avec caméra de stationnement et de la kyrielle de prises et interfaces de connexion. Sans compter la panoplie de systèmes de sécurité et de conduite.

 

J’attendrais cependant la version avec hayon de cette nouvelle Accent qui arrive ce printemps. Surtout pour l’essuie-glace arrière. Parce qu’au beau milieu d’un sprint des cadeaux ou d’un rallye des boutiques, en pleine tempête de neige, ça n’a pas de prix.

Chose certaine, pour paraphraser un titre à la mode : as-tu vraiment besoin de plus qu’une sous-compacte? Ces voitures ne sont peut-être plus aussi populaires que jadis, mais les meilleures sont remarquablement frugales, fiables, agiles, pratiques, sûres et bien équipées. Même plutôt agréables à conduire, à défaut d’être excitantes ou sexy. Et cette nouvelle Accent est très certainement dans le peloton de tête.

5f5faeca-e730-4468-911f-a2a62bd80494

Marc Lachapelle

f5ccdafc-295c-428a-83d9-bb367b5c5f65

Marc Lachapelle

fb4d8150-23cd-4cee-89e6-6e768b13d034

Marc Lachapelle

Honda Civic 1973

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs