Transport de passagers : Lyft veut s’implanter au Québec

Après Toronto, l’entreprise américaine de covoiturage Lyft (qui compte Google et General Motors comme actionnaires) veut débarquer au Québec, a appris Le Journal.

Lyft

Lyft

Après Toronto, l’entreprise américaine de covoiturage Lyft (qui compte Google et General Motors comme actionnaires) veut débarquer au Québec, a appris Le Journal.

L’éternelle rivale d’Uber aux États-Unis vient de s’inscrire au Registre des lobbyistes du Québec. L’entreprise de San Francisco dit s’intéresser au Québec pour étendre ses activités de covoiturage dans les villes de Montréal, Québec et Gatineau.

Actuellement, le cadre réglementaire du Québec ne permet toutefois pas à une entreprise comme Lyft d’offrir ses services de transport de personnes dans la province par le biais de son application en ligne.

Le gouvernement du Québec permet pourtant à la multinationale Uber par l’entremise d’un projet-pilote, renouvelé en octobre dernier pour un an, de le faire.

« Changement à la loi »

« Le résultat pourrait être un changement à la loi concernant les transports par taxi, pour créer une réglementation différente pour les systèmes en ligne, en facilitant le recrutement de chauffeurs pour ces plateformes tout en protégeant le marché des taxis traditionnels », soutient le lobbyiste Patrice Ryan qui représente Lyft au Québec.

Pour accueillir Lyft en sol québécois, le gouvernement Couillard pourrait également décider de lui ouvrir la porte par le biais d’un projet-pilote similaire à celui conclu avec Uber en 2016.

Meilleures commissions

Partout où elle brasse des affaires, Lyft a la réputation d’offrir de meilleures commissions à ses partenaires chauffeurs qu’Uber.

Au pays, Lyft regarde pour ouvrir des bureaux en Alberta, au Manitoba, au Québec et en Colombie-Britannique, assure-t-on.

Très bien capitalisée (plus de 12 milliards $ US), Lyft est déjà présente dans plus de 300 villes aux États-Unis. En juillet dernier, l’entreprise a dépassé la barre du million de trajets effectués par jour.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs