Fred Mercier

Nissan Leaf 2018: électrique, puis après?

On l’attend encore, ce moment où les automobilistes délaisseront les véhicules à essence pour se tourner vers les modèles électriques.

Nissan Leaf 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Plusieurs technologies intégrées
  • Bye bye, pétrolières
  • Autonomie encore à améliorer
  • Confort ordinaire

Cote de l'auteur:

  • Équipement: 8/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 7/10

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 6/10

  • Comportement: 8/10

  • Performance: 7/10

  • Rangement: 8/10

On l’attend encore, ce moment où les automobilistes délaisseront les véhicules à essence pour se tourner vers les modèles électriques.

Malgré une offre de plus en plus intéressante, les voitures électriques (VE) ne représentent même pas 1% des ventes de véhicules neufs au pays. C’est une goutte d’eau dans l’océan.

 

À lire aussi: Voitures électriques: à quand le tsunami tant attendu?

À lire aussi: L'autonomie des voitures électriques fait toujours peur aux consommateurs

 

Mais les constructeurs automobiles ne perdent pas espoir. Avec une combinaison de prix revus à la baisse, d’autonomie à la hausse et de généreuses subventions gouvernementales, l’adoption de masse des VE semble inévitable. Reste à voir qui réussira à tirer son épingle du jeu.

Le lancement tant attendu

L’an dernier, Chevrolet a pris le taureau par les cornes en entamant la commercialisation de la Bolt, un modèle entièrement électrique atteignant une autonomie de 383 kilomètres. Là, on commence à jaser.

Chez Nissan, ça fait déjà quelques années qu’on est dans le créneau avec la Leaf,  la première voiture entièrement électrique à connaître une production à grande échelle. C’est le VE le plus vendu au pays. Sauf qu’après quelques années sans grand changement, la Leaf était due pour une mise à jour. Et c’est exactement ce que Nissan nous propose pour 2018.

 

Une autonomie encore à améliorer

On aurait pu croire que Nissan aurait tout fait pour proposer une nouvelle Leaf avec une autonomie supérieure ou à tout le moins égale à celle de sa rivale américaine, la Bolt. Au lieu de ça, Nissan s’est contentée d’une batterie de 40 kWh permettant de parcourir une distance de 241 kilomètres en une charge. Avantage Chevrolet.

À la défense de la Leaf, son prix de base de 35 998$ est nettement plus intéressant que les
45 145$ qu’on demande pour la Bolt. Et son autonomie demeure supérieure à celle de ses autres rivales que sont la Hyundai Ioniq EV et la Volkswagen e-Golf.

 

Au lieu de mettre l’emphase sur l’autonomie, Nissan a plutôt décidé de séduire sa clientèle avec une impressionnante intégration de technologie dans la nouvelle Leaf.

Ça passe notamment par la e-Pedal, un système de récupération d’énergie qui permet de conduire le véhicule sans même avoir besoin d’utiliser la pédale de frein. Tous les véhicules électriques sont équipés d’un système similaire, mais celui de Nissan est d’une efficacité remarquable, et on peut réellement conduire la Leaf sans jamais avoir à toucher à la pédale de gauche. C’est plutôt déstabilisant au cours des premières minutes, mais on s’y habitue franchement rapidement. Et on y prend goût!

Côté confort, par contre, la Leaf n’est pas un exemple à suivre. Les places avant sont plutôt étroites et le support des sièges aurait nettement avantage à être amélioré.

Dans le coffre, Nissan s’est contentée d’offrir une capacité de chargement identique à celle de l’ancienne génération. Sa configuration à hayon en fait un véhicule somme toute pratique, mais on aurait bien aimé voir une progression à ce chapitre.

 

La techno à l’avant-plan

L’intégration de la e-Pedal est un bel exemple de l’effort technologique qu’on a mis dans le développement de la nouvelle Leaf, mais ce n’est aussi que la pointe de l’iceberg.

Avec la version SV, vendue à partir de 39 598$, Nissan ajoute plusieurs options intéressantes. La plus notable est assurément le système ProPilot, qui permet à la Leaf de se conduire pratiquement toute seule sur l’autoroute en adaptant sa vitesse à celle du trafic et en maintenant le véhicule dans sa voie. ProPilot nécessite toutefois une attention constante du conducteur, qui doit garder les mains sur le volant s’il veut que le système continue son travail.

 

Toujours avec la Leaf SV, on propose aussi une application permettant de se connecter à son véhicule à distance à partir de son téléphone. On peut par exemple vérifier l’état de la charge, déverrouiller les portes ou régler la climatisation. C’est aussi avec cette version qu’on a droit au système d’infodivertissement NissanConnect, compatible avec Android Auto et Apple CarPlay.

 

Une version SL est aussi disponible avec encore plus d’équipement comme les sièges en cuir, un meilleur système de son et des rétroviseurs extérieurs chauffants. Même cette variante plus haut de gamme, à 41 998$, demeure moins dispendieuse qu’une Chevrolet Bolt de base.

Bref, si vous n’avez pas besoin des 383 kilomètres d’autonomie qu’offre la Chevrolet Bolt, sachez que la Nissan Leaf en offre pas mal plus pour pas mal moins cher. Les amateurs de techno seront comblés.

Et pour ceux qui veulent rouler loin sans avoir à s’arrêter pour recharger, Nissan nous promet une Leaf à autonomie prolongée d’ici la fin de l’année.


Fiche technique

Nom: Nissan Leaf 2018
Prix de base : 35 998$
Configuration : Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique: Moteur électrique et batterie de 40 kWh
Puissance/couple: 147 ch/ 236 lb-pi
Autonomie: 241 kilomètres
Temps de recharge  16 heures (3kW), 8 heures (6kW)
Concurrence: Chevrolet Bolt, Ford Focus Electric, Hyundai Ioniq électrique, Volkswagen e-Golf

Nissan Leaf 2018

Nissan

Nissan Leaf 2018

Nissan

Nissan Leaf 2018

Nissan

Nissan Leaf 2018

Nissan

Nissan Leaf 2018

Nissan

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs