Fred Mercier

Karim Habib, le Montréalais à la tête du design d’Infiniti

Depuis quelques mois, il y a une part du Québec dans le développement du design de la marque Infiniti. Une grosse part, même.

Karim Habib

Infiniti

Depuis quelques mois, il y a une part du Québec dans le développement du design de la marque Infiniti. Une grosse part, même.

Après des années passées aux commandes du design chez BMW, le Québécois d’origine libanaise Karim Habib a quitté le prestigieux constructeur allemand l’été dernier pour prendre la barre du département du design d’Infiniti.

Si la signature esthétique des produits BMW est pratiquement coulée dans le béton depuis des décennies, celle d’Infiniti continue d’évoluer, voire même de se chercher un peu. Et pour Habib, cela se traduit par une liberté rafraichissante.

 

Objectif: se démarquer

«La relation est différente, c’est certain», explique le principal intéressé. «On doit prendre des risques. La dernière chose qu’on doit faire, c’est copier les autres», poursuit-il.

Qu’est-ce que tout ça pourrait donner? On en a eu un premier exemple en janvier dernier, quand Infiniti a profité du Salon de l’auto de Détroit pour dévoiler son concept Q Inspiration.

 

«On a fait appel à des proportions différentes pour un modèle à quatre portes. Avec des moteurs de plus en plus compacts, on peut avoir un capot moins long explique-t-il. Et ça va continuer de changer avec le virage électrique que nous avons promis.»

Le virage électrique auquel il fait référence, c’est cette annonce faite en janvier par Infiniti, où le constructeur de luxe a confirmé que tous ses modèles dévoilés à partir de 2021 allaient offrir une variante électrique. «D’un point de vue de designer, ça représente des défis, mais aussi des opportunités», souligne Karim Habib.

Durant ses nombreuses années chez BMW, Habib a notamment travaillé sur le design de modèles comme le X1, la M2 et le concept BMW Next 100, conçu spécialement pour souligner les 100 ans du constructeur bavarois.

Montréal dans la tête

De passage au Canada dans le cadre du Salon de l’auto de Toronto, Karim Habib en a profité pour faire un détour à Montréal, où sa mère demeure toujours.

«C’est la maison, pour moi. J’y suis arrivé à 10 ans et j’ai quitté à 24 ans, après mes études à l’Université McGill.» Sa carrière l’a amené bien loin de la maison, mais Karim Habib parle de Montréal comme s’il ne l’avait jamais quittée.
«Quand on y pense, j’ai habité plus longtemps à Munich qu’à Montréal, mais c’est au Québec que j’ai vécu mes années formatives», poursuit-il. Né au Liban en 1970, Karim Habib n’était encore qu’un enfant quand sa famille a fait ses valises pour Montréal. Et en grandissant, c’est là que l’intérêt pour les voitures a commencé  à germer.

«Vivre dans une ville où la Formule 1 vient à chaque années, c’est quelque chose. Je me souviens qu’il était assez facile d’aller voir les qualifications et tout ce qui se passait au centre-ville», se souvient-il.

Aujourd’hui, cette passion s’est transformée en vocation. Et après de nombreuses années en Allemagne, c’est au tour du Japon de profiter des talents de Karim Habib.  

Mais son cœur, lui, demeure à Montréal.

fd936996-fa86-4157-a09c-111c1991df0b

Infiniti

Infiniti Q Inspiration Concept

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs