Hommage au char ordinaire

Un char neuf, c'est bien le fun, mais ce que j'aime, ce sont les minounes.

Char ordinaire

Christine Lemus

Un peu partout, on essaie de nous vendre des beaux chars neufs. Pire, des gros VUS! Tu sais, le genre de véhicule dont on ne te vante pas les qualités, mais seulement les tout petits paiements aux deux semaines.

Mais moi, j’aime pas ça. Ça ne me dit pas grand chose, tout ça. Ce que j’aime, au fond, ce sont les chars ordinaires. Les minounes.

Tu sais, le genre de char que tu as eu pour des peanuts et qui vaut autant qu’un paiement de BMW.

Le genre d’auto qui affiche toujours un peu plus de rouille à chaque printemps. Et ce n’est pas grave. Tant que tous les panneaux de carrosserie tiennent encore ensemble, c’est tout ce qui compte.

Le genre de char avec lequel tu es content qu’il pleuve parce que tu te dis que ça va le laver. Parce que même si ça fait trois ou quatre ans que tu l’as, tu ne l’as jamais amené au lave-auto et tu l’as encore moins savonné toi-même, on s’entend.

Ce ce qui est le fun, c’est qu’en plus de ne pas coûter cher quand tu l’achètes, le char ordinaire ne te coûte pas grand chose à assurer non plus. Pas de valeur à neuf et de cossins comme ça. Tu te dis que c’est bien correct même si elle est juste assurée d’un bord.

Quand tu vas en ville, tu n’as pas peur de te stationner dans des endroits un peu étroits. Après tout, tu te dis que même si tu te la fais accrocher, ça te fera juste une poque de plus.

Puis comme il est ordinaire, ton char, tu vas dans un garage ordinaire pour le faire réparer. Pas besoin d’aller au concessionnaire. De toute manière, ça fait plusieurs changements d’huile que ta garantie est finie.

Ton char ordinaire, il te fait vivre des belles émotions aussi. T’en as vécu, des choses, avec lui. Quand tu tournes la clé, t’espères juste qu’il va démarrer. Même si t’as (presque!) entièrement confiance en lui, tu traînes des câbles à booster dans ton coffre. Juste au cas...

Un char vraiment ordinaire n’est pas tout à fait de son temps. Tu sais, avec pas de plogue auxiliaire, fait que t’es obligé d’écouter tes vieux CD de Nickelback et tes cassettes de Rock et belles oreilles. Un peu de nostalgie, ça ne fait jamais de mal.

C’est aussi le genre d’auto avec laquelle t’as pas peur de transporter quoique ce soit. À priori, charrier une tondeuse dans le coffre d’une vieille Sentra, ce n’est pas optimal. Pourtant, c’est ce que j’ai fait tout l’été passé. Les restants de pelouse qui traînaient sur le tapis de la valise, c’était tout sauf grave.

Souvent, un char ordinaire comme ça n’a pas d’air climatisé. Ou s’il en a, bien ça se peut qu’il ne fonctionne plus. Après tout, une minoune, elle en a cumulé des années derrière la cravate.

Tout ça pour dire que l’été, elle te force à baisser les fenêtres et à respirer l’air frais. Ça ne te fait pas de tort, parce qu’à l’intérieur, il y a parfois des petites odeurs.

C’est ce qui est bien, aussi, c’est que comme il est ordinaire, tu sais que tu ne te le feras pas voler. Puis si jamais ça arrivait, bien, ce n’est pas grave pentoute. Tu vas t’en trouver un autre, un char tout aussi ordinaire. 

À lire aussi: J’ai failli acheter deux fois la même Plymouth Reliant K

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs