Fred Mercier

Chevrolet Traverse 2018: le retour en force de Chevrolet

Les choses n’allaient pas bien pour General Motors quand Chevrolet a lancé le Traverse, en 2009.

Chevrolet Traverse 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Espace à revendre
  • Système d’infodivertissement convivial
  • Comportement routier surprenant
  • Rouage intégral incompatbile avec le moteur à quatre cylindres
  • Prix monte rapidement
  • Consommation élevée (V6)

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 8/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 8/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 8/10

  • Rangement: 9/10

Les choses n’allaient pas bien pour General Motors quand Chevrolet a lancé le Traverse, en 2009.

En fait, les choses n’allaient pas bien pour l’industrie automobile en général. Surtout aux États-Unis. Après la crise économique qui a secoué le monde en 2008, les «trois grands», GM, Ford et Chrysler, ont dû se mettre à genou devant le gouvernement pour assurer leur survie à coups de subventions.

À peine 10 ans plus tard, les traces de cette sombre époque semblent déjà bien loin. Les constructeurs vendent des voitures (et surtout des VUS) comme des petits pains chauds et on s’extasie devant la venue de modèles toujours plus performants et écoénergétiques.

Chez Chevrolet, la nouvelle génération du Traverse représente à merveille ce changement de cap.

De véhicule plutôt morne à la qualité de fabrication douteuse, le Traverse est devenu un VUS de qualité capable de se mesurer aux grosses pointures de sa catégorie.

 

Un design inspirant, ou presque

Pas facile de construire un modèle qui se démarque dans la catégorie des VUS à trois rangées. C’est le genre de véhicule ultra-rationnel qu’on n’achète pas avec les tripes, mais bien avec la tête.

Reste que Chevrolet a fait un boulot franchement intéressant avec le Traverse. Celui-ci adopte désormais une allure plus costaude qui lui donne des airs de vrai camion. Un peu comme si on avait voulu le transformer en «petit» Suburban.

C’est encore plus vrai avec l’édition Redline, à qui on ajoute des roues de 20 pouces noires. Les bas de caisse, la calandre et même les logos Chevrolet sont aussi peints en noir pour l’occasion. Le nom est vraiment mal choisi, quand on y pense!

À l’intérieur, Chevrolet a vraiment rehaussé la barre. D’un habitacle très ordinaire parsemé de plastiques bon marché, le Traverse propose désormais une ambiance plus luxueuse qui en dit long sur le progrès fait chez GM au cours de la dernière décennie.

 

Sur le siège du conducteur, on se sent rapidement à l’aise. Oui, le Traverse est un méchant gros carrosse. Le genre de VUS avec lequel on essaie d’éviter le centre-ville et les espaces de stationnement trop étroits. Heureusement, une bonne visibilité et une direction étonnamment communicative rendent l’expérience à bord moins pénible que vous pourriez le croire.

Au centre du tableau de bord, un écran tactile de 8 pouces disponible en option donne accès à la dernière version du système d’infoivertissement MyLink, compatible avec Android Auto et Apple CarPlay.

À la pression d’un petit bouton, l’écran peut même se lever et donne accès à un espace de rangement secret. On se prend quasiment pour James Bond!

 

Un James Bond qui a eu des enfants, mettons. Parce qu’avec une capacité de huit passagers et plus de 2700 litres d’espace cargo une fois les sièges rabattus, le Traverse est tout sauf une Aston Martin.

 

Un turbo avec ça?

Sous le capot, c’est le même moteur V6 de 3,6 litres qu’on connaissait déjà qui continue d’animer le Traverse. Ses 310 chevaux et 266 livres-pied de couple sont plus que suffisants pour bien faire le travail.

Question d’améliorer la consommation d’essence, on a remplacé l’ancienne transmission à six vitesses par une nouvelle boîte à neuf rapports. À 13,7 L/100 km en ville et 9,4 L/100 km sur route, le V6 demeure tout de même plutôt gourmand. Ça s’améliore un peu si vous abandonnez les quatre roues motrices, mais avec un camion comme ça, qui veut vraiment de deux roues motrices?

Pour pallier ça Chevrolet propose désormais une motorisation à quatre cylindres turbocompressée de 2,0 litres. La consommation s’en voit nettement améliorée, mais la puissance passe à 255 chevaux.  Et, pire encore, ce moteur n’est pas disponible avec le rouage intégral...

À un prix de départ de 37 145 $, le Chevrolet Traverse représente un choix intéressant dans sa catégorie. Attention aux options, toutefois, parce que ça peut monter vite. Notre version d’essai à plus de 53 000 $ en est un excellent exemple.

Le Traverse 2018 n’a pas la gueule du Ford Explorer ni la réputation de fiabilité du Toyota Highlander, mais il se démarque un espace de chargement gigantesque et un comportement routier franchement surprenant.

Et surtout, il prouve que les années de vache maigre sont finies chez Chevrolet.

 

Fiche technique

Nom: Chevrolet Traverse 2018
Prix de base: 37 145 $
Version à l’essai: Premier Redline AWD (V6)
Prix du modèle à l’essai: 53 590 $
Configuration : Véhicule à deux ou quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Moteur de base: V6 de 3,6 litres
Puissance/couple: 310 ch/ 266 lb-pi
Moteur optionnel: 4 cylindres turbo de 2,0 litres
Puissance/couple: 255 ch/ 295 lb-pi
Transmission: Automatique à neuf rapports
Consommation d’essence annoncée (V6 AWD): 13,7 L/100 km (ville) / 9,4 L/100 km (route)
Capacité de remorquage maximale: 5000 lbs
Garantie de base: 3 ans / 60 000 km
Concurrence: Honda Pilot, Volkswagen Atlas, Ford Explorer, Nissan Pathfinder 

Chevrolet Traverse 2018

Chevrolet

Chevrolet Traverse 2018

Chevrolet

Chevrolet Traverse 2018

Chevrolet

Chevrolet Traverse 2018

Chevrolet

Chevrolet Traverse 2018

Chevrolet

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs