Non, les Buick ne sont plus celles de vos grands-parents

Bien que les baby-boomers achètent encore beaucoup de véhicules, ils ne représentent plus l’avenir et ça, les constructeurs l’ont réalisé.

Buick Enclave Avenir 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Logeable
  • Très confortable
  • Prix concurrentiel
  • Image de la marque à parfaire
  • Consommation élevée
  • L’essuie-glace arrière ne nettoie pas une surface assez grande

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 5/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 7/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 8/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 6/10

  • Rangement: 8/10

Il n’y a pas un endroit au monde où il se vend plus de Buick qu’en Chine. Et c’est pour ça que la marque survit à chaque restructuration de General Motors.

Même si elle vend des tonnes de copies dans l’empire du Milieu, en Amérique du Nord, c’est une autre histoire. En fait, il y  quelques années, la marque que l’on reconnaît par son logo aux trois boucliers s’est rendue compte qu’elle était victime de son image de véhicules de grand-papa. Et ça, personne ne veut y être associé.

 

À lire aussi: Pourquoi Buick est-elle encore en vie?

À lire aussi: Buick lance une nouvelle auto et son nom ne passe vraiment pas au Québec

 

Pour y remédier, Buick a pris le taureau par les cornes en mettant sur pied une campagne de marketing. Le but de cette dernière était de persuader le grand public de l’idée suivante : la gamme actuelle de véhicules Buick n’a rien à voir avec les grosses berlines de votre grand-père.

Et ça inclut l’Enclave, le plus gros VUS de la marque.

 

Vouloir plaire aux plus jeunes

Bien que les baby-boomers achètent encore beaucoup de véhicules, ils ne représentent plus l’avenir et ça, les constructeurs l’ont réalisé.

Et on ne vend pas un véhicule aux millénariaux de la même manière qu’on vendait un véhicule aux membres des générations antérieures.

Laissez de côté les moteurs avec beaucoup de pouces-cube et les chevaux-vapeur qui pourraient remplir une écurie entière. Parlez-leur plutôt de consommation, du paiement bimensuel, mais surtout de technologie. Bien que j’aie parfois du mal à m’identifier à la génération des millénariaux dont je fais pourtant partie, je dois l’admettre, je suis littéralement scotché à mon cellulaire.

Évidemment, le code de la sécurité routière en interdit l’utilisation au volant. Heureusement, certains constructeurs, comme General Motors, offrent désormais une connectivité aux systèmes Apple CarPlay et Android Auto. Grosso modo, l’interface de votre cellulaire est transposée sur l’écran central de votre véhicule et vous avez ainsi accès aux fonctions principales de votre téléphone mobile tout en conduisant. Tout ceci est jumelé avec le WiFi intégré à bord du véhicule et c’est franchement génial. Cette technologie est apparue en il y a à peine quelques années et on y a vite pris goût.

Il y a du bon et du mauvais à la technologie. Le Buick Enclave Avenir essayé mise beaucoup sur la sécurité du conducteur et de ses passagers. Peut-être même un peu trop. En effet, lorsqu’un obstacle est détecté et que les capteurs jugent qu’on risque de frapper ledit obstacle, un voyant qui aurait pu rendre jaloux le pont Jacques-Cartier l’été dernier s’illumine sur le dessus du tableau de bord. S’il n’avait été que de ça, je n’en aurais pas fait de cas. Le problème, c’est que le siège se met aussi à vibrer.

Quand on conduit sur St-Denis à Montréal et qu’on tente d’éviter les véhicules stationnés à droite, les vélos, les autobus, etc., les capteurs n’en finissent plus de réagir. Et c’est pareil quand on essaie de se garer en parallèle et que les senseurs jugent qu’on est trop près du véhicule qui se trouve devant ou derrière nous. Après une semaine, j’étais loin de m’y être habitué, et j’ai trouvé que c’était franchement irritant.

 

Confort

Sur l’échelle de luxe au sein de la gamme de marques de General Motors, Buick s’est toujours située au centre, soit entre Chevrolet et Cadillac. Alors que Lincoln et Cadillac se battent pour les mêmes pointes de tarte et que Chrysler n’a presque plus rien à offrir, Buick et son Enclave Avenir se retrouvent en quelque sorte seuls du côté américain. Heureusement que les Acura MDX et Infiniti QX60 sont dans l’arène pour lui donner un petit challenge. 

Sur les 1000 kilomètres parcourus au volant de l’Enclave Avenir, j’ai retenu un mot: confort. Il est doux, il est spacieux et il est confortable. Sans avoir l’impression d’être assis dans un La-Z-Boy, ce véhicule procure du bien-être à son conducteur de même qu’à ses passagers sur la route.

Sous le capot

Ce qu’on retrouve sous le capot du Buick Enclave Avenir, ce n’est rien de bien exotique. En effet, on est en terrain connu avec le V6 de 3,6 L qui est utilisé à toutes les sauces chez GM.

Ce dernier génère une puissance de 302 chevaux et 260 livres-pied de couple, ce qui permet à ce mastodonte de près de 2000 kg de se déplacer adéquatement, mais sans plus. Un peu de couple supplémentaire ne lui ferait pas de tort. Il est muni de la technologie d’arrêt et de démarrage, système auquel je crains ne jamais m’habituer. Hélas, il n’y a pas de bouton pour le désactiver.

 

Consommation

Lorsque vient le temps de passer à la pompe, l’Enclave Avenir n’est pas un élève modèle. Même qu’il mériterait de rester un peu après la classe... Alors que le QX60 et le MDX annoncent respectivement une consommation combinée de 10,9 et 10,7 L/100 km, l’Enclave n’a rien de mieux à offrir que 11,8 L/100 km. Il est aussi à noter que lors de l’essai, on était même plus près du 13 que du 12...

Très pratique

Si, quand vous pensez à la marque Buick, vous pensez encore à la Roadmaster ou à la Park Avenue, sachez que cette époque est révolue. Or, même si on appréciait les coffres caverneux de ces berlines, sachez que l’Enclave Avenir loge énormément lui aussi. Derrière la troisième banquette, il peut accueillir jusqu’à 668 L, alors que le même espace de ses deux rivaux japonais est limité à 447 L.

Non seulement le volume est supérieur à ce qu’offre la concurrence, mais le tout est habilement aménagé. Une fois les deux rangées arrière rabattues, on obtient un plancher plat. Lors de la période d’essai, j’ai été appelé à transporter les mêmes marchandises que j’ai dû transporter quelques semaines auparavant à bord d’un Volkswagen Atlas. Force est d’admettre que la conception de la partie arrière de l’Enclave Avenir est nettement plus conviviale que celle de l’Atlas.

Bref

En terminant, il est impératif de parler de facture. Le Buick Encalve et l’Infiniti QX60 sont presque à égalité au fil d’arrivée, affichant respectivement un prix de base de 48 000 et de 48 195$. Quant au MDX, il faut débourser 54 090$ pour acquérir sa version d’entrée de gamme. 

Avec l’Enclave et sa nouvelle variante Avenir, Buick prouve passe de la parole aux actes. La marque américaine n’a plus grand chose à voir avec vos grands-parents.

 

Fiche technique

Nom: Buick Enclave Avenir 2018
Prix de base : 48 000$
Prix du modèle à l’essai: 66 770$
Configuration : Véhicule à quatre roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur V6 de 3,6 L
Puissance/couple: 302 ch/ 260 lb-pi
Transmission : Automatique à neuf rapports
Consommation d’essence annoncée: 13,8 L/100 km (ville) 9,4 L/100 km (route)
Garantie de base : 4 ans ou 80 000 km
Concurrence: Acura MDX, Infiniti QX60, Mazda CX-9

Buick Enclave Avenir 2018

Buick

Buick Enclave Avenir 2018

Buick

Buick Enclave Avenir 2018

Buick

Buick Enclave Avenir 2018

Buick

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs