Frédéric Mercier

Au Portugal, le Hyundai Kona ne s’appelle pas Kona pour une raison plutôt évidente

Quand un constructeur automobile nomme une voiture, il marche sur des œufs.

Hyundai Kona

Quand un constructeur automobile nomme une voiture, il marche sur des œufs. Il se doit d’analyser la signification du nom dans chaque marché où le modèle sera commercialisé, au risque de se mettre les pieds dans les plats.

On en eu un merveilleux exemple dernièrement au Québec, quand Buick a la lancé la Lacrosse Avenir. Avouez que ça n’inspire pas trop confiance en la qualité du produit!

Hyundai a eu à faire face au même genre de problème avec son nouveau Kona, dont les premiers exemplaires sont fraîchement arrivés chez les concessionnaires. Si le nom Kona fait référence à un quartier hawaïen du même nom, l’appellation a une toute autre signification en portugais. Dans ce pays européen, Kona fait plutôt référence aux parties génitales féminines!

Heureusement, quelqu’un a bien fait son travail chez Hyundai. Ce qui fait qu’au lieu de se ridiculiser auprès de 10 millions de Portugais, le constructeur coréen a rebaptisé son mini VUS avant sa commercialisation. Là-bas, le Kona s’appelle donc le Kauai.

 

À lire aussi: Notre essai routier complet du Hyundai Kona 2018

À lire aussi: Le Hyundai Kona électrique aura 400 km d'autonomie

 

Des gaffes célèbres

Si Hyundai a eu la bonne idée de rebaptiser son modèle pour le marché portugais, certains constructeurs n’ont pas eu la même clairvoyance par le passé. On vous a parlé de la Lacrosse Avenir un peu plus haut, mais Buick n’a pas le monopole de la bêtise.

 

À lire aussi: 12 voitures avec des noms à coucher dehors

 

Il y a eu le Mitsubishi Pajero, qui veut dire «branleur» en espagnol.
Ou bien le Chevrolet Nova, qui signifie «ne va pas», toujours en espagnol.
Et que dire du nom e-tron, utilisé par Audi pour désigner ses modèles électriques. En français, ça fait penser à autre chose!

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs