Fred Mercier

Oui, Westfalia existe encore

Westfalia est une compagnie à part entière. Et malgré les embuches, elle est toujours vivante!

Westfalia

L’histoire de Westfalia est intimement liée à celle de Volkswagen. Si bien que plusieurs personnes croient encore qu’il s’agissait d’un modèle de la marque allemande.

En fait, Westfalia est une compagnie à part entière. Et malgré les embuches, elle est toujours vivante!

 

À lire aussi: Parcourir la Gaspésie en Westfalia, ma définition du bonheur

À lire aussi: Voici pourquoi tout le monde devrait rêver d'un Westfalia

 

Fondée en 1844 dans la région de la Westphalie, en Allemagne, Westfalia a entamé la conversion de Volkswagen Bus (aussi appelées Type 2) en campeurs dès 1951. C’est un officier britannique basé en Allemagne qui serait à l’origine de la première conversion. Il aurait demandé à Westfalia d’aménager son Volkswagen pour qu’il puisse y travailler et même y dormir.

Ainsi naissait une longue histoire d’amour entre Volkswagen et Westfalia. Au début des années 60, le modificateur allemand a révolutionné le monde du camping en concevant le premier «camping-car» avec des meubles à surface en plastique, toujours construit à partir d’un Volkswagen Type 2.

 

Rapidement, le bus converti en maison roulante est devenu le chouchou de toute une génération. Avec un réservoir d’eau, une cuisine de fortune et plusieurs espaces de rangement, le Volkswagen Bus converti en campeur s’est transformé en véritable symbole. Si bien que Westfalia devint le modificateur de campeurs officiel de Volkswagen. Ce n’était pas le seul, certes, mais les conversions de Westfalia pouvaient être achetées directement chez les concessionnaires du constructeur de Wolfsburg.

Un peu plus tard, le toit surélevé qui fait désormais la signature des modèles apparaissait et donnait une liberté encore plus grande à ses utilisateurs. Gros comme une voiture, le Westfalia permettait de s’aventurer en nature sans sacrifier son confort. Enfin, presque!

De Volkswagen à Mercedes

L’histoire d’amour entre Volkswagen et Westfalia demeura intacte pendant des décennies.  Le Volkswagen Type 2 évolua en 1967, puis une autre fois en 1979, où il prit des allures plus carrées et adopta l’appellation «Vanagon».

 

Même quand Volks abandonna la traditionnelle configuration à moteur arrière avec l’Eurovan, Westfalia demeura fidèle au poste.

Les deux compagnies allemandes devinrent si rattachées l’une à l’autre qu’on peut facilement comprendre la confusion quant à leur situation. Westfalia n’a jamais été un modèle à proprement parler, mais elle a marqué l’histoire de Volkswagen plus que bien des véhicules. Si bien qu’à un certain moment, on aurait pu croire que Volks aurait été tentée d’acheter Westfalia.

C’est plutôt Daimler-Chrysler, l’un des grands rivaux de Volkswagen, qui en a finalement fait l’acquisition. Le groupe, alors formé par Chrysler et Mercedes-Benz, a entamé le processus en 1999 en achetant 49% des parts, puis s’est accaparé de la totalité de l’entreprise deux ans plus tard.

Pour Westfalia, ce changement de main signait l’arrêt de mort d’une longue association avec Volkswagen.

Quelques années plus tard, en 2004, le partenariat fut officiellement quand Volks entama la conversion de ses campeurs à l’interne. Ainsi naissait le Volkswagen California, qui, ironiquement, n’a jamais été commercialisé en Californie ni nul part ailleurs en Amérique du Nord.

 

Comme les conversions Westfalia, ce modèle «fait maison» par Volkswagen propose toutes les commodités nécessaires pour bien vivre à bord du véhicule, de la cuisinette au réservoir d’eau en passant par le toit surélevé. Encore aujourd’hui, le California peut être acheté à l’état neuf en Europe. Sur le site de Volkswagen France, on indique que le modèle est disponible à partir de 37 808 Euros, soit l’équivalent de 58 627 $CAD.

Après la rupture, Westfalia se spécialisa dans la conversion de Sprinter, ces véhicules commerciaux construits par Mercedes. Alors commercialisés sous la bannière Dodge chez nous, les conversions Westfalia demeurèrent disponibles en Amérique du Nord. Seulement, ce n’est plus un logo Volkswagen qui trônait sur la calandre.

 

En 2011, un nouveau vent de changement souffla sur l’iconique entreprise allemande. Après être redevenue indépendante en 2008 et avoir déclaré faillite en 2010, Westfalia fut rachetée par le groupe Rapido, qui se donna le mandat de la remettre sur les rails.

La vente de Westfalia en Amérique du Nord a depuis été abandonnée, mais elle demeure bien vivante en Europe. Le modificateur offre désormais des véhicules récréatifs construits à partir de modèles Fiat, Mercedes-Benz... et même Volkswagen.

 

 

 

0542470f-d10e-4e79-a11c-dfc6c8471d6c
aadeace4-a301-4972-a81e-d8d1df8962fd
cc45b102-4b59-4074-b957-90e929c5a692
d670107d-a362-45d9-82b1-6b29aceaa375
b02adc45-5672-4d3e-b0ee-8bfa8af79fea
577c6c03-2b7a-42fc-be05-de2fda8e2e4b

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs