Je n’ai pas acheté une Mercedes, même si elle n’était que 2000$

Avant d’acheter une auto d’occasion, portez une attention à tous les petits détails, même ceux qui peuvent paraître banals.

Mercedes-Benz 280 SE 1972

Kijiji

Une Mercedes-Benz 280 SE 1972 affichée sur un site de petites annonces à un prix aussi bas que 2000$, avouez que c’est alléchant.

À lire aussi: J’ai failli acheter deux fois la même Plymouth Reliant K

Surtout lorsqu’il s’agit d’une belle d’autrefois et qu’elle semble avoir été préservée soigneusement.

Tout n’était pas si rose, finalement.

Après avoir contacté la propriétaire, je me suis rendu, accompagné de mon fidèle ami, à son domicile. En la questionnant sur l’historique de la voiture, j’apprends que cette Mercedes-Benz était une partie de l’héritage qu’elle a reçu suite au décès de son grand-père. 

A priori, l’affaire semblait bonne. L’auto était sale. Je dirais même qu’elle était très sale, mais bon. Rien de catastrophique, me direz-vous. 

Oui, l’auto avant une quarantaine d’années, mais il n’y avait que d’infimes traces de rouille. Avouez que c’est impressionnant. Sa peinture argentée n’était pas gênante du tout.

À l’intérieur, ses sièges en cuir bleu étaient en très bel état. Pas de déchirure. Tout semblait d’origine. Rien n’avait été rajouté. Bon, il y avait une tonne de traîneries éparpillées un peu partout, mais je n’en faisais pas de cas.

En soulevant le capot, on note tout de même la présence d’un support de moteur qui semble fatigué. Considérant l’âge  - et le prix! – de la voiture, je suis prêt à lui pardonner certains défauts qui se corrigent.

La caractéristique la plus intéressante de cette voiture, c’était évidemment sa transmission manuelle. Une telle boîte dans une berline de cette taille, on ne voit plus ça aujourd’hui.

Vraiment, tout ceci sentait très bon. 

Après l’avoir inspectée de fond en comble, on part l’essayer sur route. Tout se déroule bien. Les rapports rentrent bien, il n’y a pas de «lousse» dans la direction – du moins, pas plus qu’à l’origine -, elle freine comme il se doit et on n’entend aucun bruit étrange.

Histoire de me fournir un levier dans ma négociation, la propriétaire m’informe qu’elle doit quitter pour l’étranger à la fin du mois et qu’elle doit absolument vendre sa voiture d’ici là.

Juste avant de quitter, mon ami et moi prenons en note les numéros de série de la voiture. Juste au cas. Après tout, on ne sait jamais... 

Et bien, heureusement que j’ai pris ces quelques instants. Grâce à un décodeur de NIV (numéro d’identification du véhicule) spécialisé pour les Mercedes-Benz, j’ai pu savoir que finalement, rien ne concordait. Le numéro de série inscrit sous le capot était celui d’une Mercedes munie d’un moteur V8 et d’une transmission automatique et spécifiait que l’auto était de couleur beige.

Lorsque j’ai présenté le fruit de ma recherche à la propriétaire, cette dernière semblait bien embêtée et n’avait aucune idée de ce qui était à l’origine de cette confusion.

Vous savez, plus une voiture a de propriétaires, plus il peut s’être passé d’incidents: vol, accident, modification, etc.

Avant de donner quelques, voire plusieurs, milliers de dollars à un propriétaire en échange de sa voiture, informez-vous. Faites vos recherches. Assurez-vous de savoir tout ce que vous devriez savoir avant de l’acheter. Pour vous aider à connaître l’historique du véhicule que vous convoitez, il existe différentes ressources comme l’Association pour la protection des automobilistes ou encore le CarProof.

Dans mon cas, cette Mercedes-Benz aurait servi pour les balades du dimanche. Ça n’aurait pas été la fin du monde. Mais si son rôle avait été de trimballer toute une petite famille quotidiennement, avouez que c’est tout sauf sécurisant quand on s’imagine que cette voiture aurait pu être rapiécée. 

Parfois, certaines offres sont tout simplement trop belles pour être vraies. 

Mercedes-Benz 280 SE 1972

Kijiji

Mercedes-Benz 280 SE 1972

Kijiji

Mercedes-Benz 280 SE 1972

Kijiji

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs