Fred Mercier

La Toyota Camry est banale et c’est bien correct comme ça

La Toyota Camry n’est pas parfaite. Aucune voiture ne l’est.

Toyota Camry 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Fiabilité reconnue
  • Bonne visibilité
  • Excellente valeur de revente
  • Assise trop courte des sièges avant
  • Système d’infodivertissement pas disponible avec Apple CarPlay/Android Auto
  • Conduite aseptisée

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 7/10

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 7/10

  • Rangement: 7/10

Pour 2018, Honda et Toyota ont toutes deux redessiné leurs berlines intermédiaires de A à Z. L’Accord et la Camry, les deux ennemies japonaises, ont été renouvelées pour conquérir ce qui reste de cette catégorie en déclin.

Je dis en déclin puisque les ventes de à peine l’appellation VUS, qu’on semble désormais utiliser à toutes les sauces.

Reste que les berlines intermédiaires ont toujours la cote. Pas mal plus que vous pourriez le croire. Aux-États-Unis, la Camry et l’Accord, aux côtés d’autres rivales comme la Chevrolet Malibu et la Hyundai Sonata, continuent d’accaparer une part de marché importante. Pas question de lancer la serviette.

 

Plate, la Camry?

Pour ces refontes, Honda et Toyota ont adopté deux stratégies diamétralement opposées.

Si l’Accord affiche désormais une allure repensée qui laisse presque croire qu’il s’agit d’un véhicule à hayon, la Toyota Camry a conservé un design plus classique.

Certes, sa nouvelle devanture fait pas mal moins «pépère» que par le passé. On propose même une variante XSE avec une calandre encore plus agressive et des sièges d’un rouge aveuglant.

 

Mais pour le reste, les formes du modèle demeurent très génériques.

Et vous savez quoi? C’est parfait comme ça. Depuis des décennies, la Camry s’est forgée une solide réputation en matière de fiabilité et de valeur de revente. Une Camry, c’est un gage de qualité dans l’industrie automobile. On préfère que Toyota se charge de perpétuer cette tradition plutôt que de tomber dans le panneau des flaflas inutiles. 

Reste qu’il y a un gadget qu’on aurait pris volontiers et qui demeure absent: un système d’infodivertissement compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. À une époque où notre cellulaire est devenu une extension de nous-mêmes, ces systèmes permettent de projeter les infos d’un téléphone à l’écran tactile de la voiture. Ça permet de passer des appels et de consulter son GPS et sa musique de façon plus sécuritaire.

 

Pourtant disponible sur à peu près toutes les voitures neuves du marché, ces deux systèmes demeurent boudés par Toyota, et la nouvelle Camry n’y fait malheureusement pas exception.

À l’intérieur, la position de conduite est acceptable malgré une assise des sièges avant beaucoup trop courte. Même du haut de mes 5 pieds et 9 pouces, ce défaut de conception devenait irritant lors de longs déplacements. 

La fiabilité passe par la mécanique

Malgré ces quelques désagréments, la Toyota Camry demeure un véhicule bien construit qui mérite sa réputation.

C’est avec la fiabilité que Toyota s’est rendue où elle est aujourd’hui, et c’est sur cet aspect que le constructeur doit continuer de jouer ses cartes. Ça passe notamment sous le capot, où la Camry 2018 va à l’encontre du reste de l’industrie en boudant les turbocompresseurs.

Au lieu de ça, on continue d’offrir des moteurs atmosphériques à quatre et à six cylindres, tout ce qu’il y a de plus classique. Le V6 offre évidemment de meilleures performances, mais la version LE que nous avons mise à l’essai, munie d’un moteur à quatre cylindres de 2,5 litres de 203 chevaux, faisait un travail tout à fait acceptable.

Et même si sa cylindrée est nettement plus élevée que celle du moteur turbo de 1,5 litre de la Honda Accord, la Camry réussit à proposer une meilleure économie de carburant, avec ses 6,9 L/100 km contre 7,2 L/100 km pour l’Accord. Et pour une économie de carburant encore plus poussée, les deux modèles proposent aussi une variante hybride.

À noter que chez Honda, on s’est carrément débarrassés du moteur V6 et on n’offre désormais que deux motorisations à quatre cylindres.Toyota, elle, continue d’offrir cette possibilité.

 

D’un autre côté, Honda offre encore l’option d’une transmission manuelle alors que chez Toyota, c’est l’automatique ou c’est rien.

Le cœur à la bonne place

La Toyota Camry n’est pas parfaite. Aucune voiture ne l’est.

Reste que la berline intermédiaire japonaise est une valeur sûre, un exemple à suivre dans sa catégorie. Ce n’est pas celle qui vous offrira le plus de gadgets ou le plus grand plaisir de conduire, mais sans tambour ni trompette, elle accomplit son travail dans la plus grande discrétion.

Elle est économe à la pompe, fiable, somme toute confortable et demeure facile d’entretien. Ce n’est pas un hasard si autant de chauffeurs de taxi en font leur bureau de travail!

 

Fiche technique
Nom: Toyota Camry 2018
Prix de base: 28 834$
Version à l’essai: LE
Prix du modèle à l’essai: 31 832$
Configuration : Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Moteur de base: Quatre cylindres de 2,5 litres
Puissance/couple: 203 ch/ 184 lb-pi
Transmission: Automatique à huit rapports
Consommation d’essence annoncée: 8,4 L/100 km (ville) / 6,9 L/100 km (route)
Consommation d’essence observée: 7,7 L/100 km
Moteurs optionnels: V6 de 3,5 litres et motorisation hybride avec moteur à quatre cylindres de 2,5 litres
Garantie de base: 3 ans/60 000 km
Concurrence: Honda Accord, Chevrolet Malibu, Ford Fusion, Mazda6

Toyota Camry 2018
Toyota Camry 2018
Toyota Camry 2018
Toyota Camry 2018

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs