Fred Mercier

Une Canadienne emprisonnée pour avoir conduit aux États-Unis

Une automobiliste ontarienne de 27 ans a été détenue en prison en Géorgie, aux États-Unis, après qu’un policier n’ait pas voulu reconnaitre la validité de son permis de conduire.

Police

PhotoSpirit - stock.adobe.com

Une automobiliste ontarienne de 27 ans a été détenue en prison en Géorgie, aux États-Unis, après qu’un policier n’ait pas voulu reconnaitre la validité de son permis de conduire.

 

À lire aussi: Qu'est-ce que le permis de conduire international?

À lire aussi: Voyager aux États-Unis sans souci

 

En entrevue avec CBC, Emily Nield traversait la Géorgie le mois dernier pour retourner au Tennessee, où elle venait tout juste de compléter un programme universitaire. Sur l’autoroute, la conductrice s’est fait arrêter pour avoir circulé à 87 miles à l’heure (140 km/h) dans une zone où la limite permise était de 70 miles à l’heure (110 km/h).

Après avoir jeté un œil à son permis de conduire émis par l’Ontario, la policière américaine  lui aurait expliqué que les permis de conduire canadiens n’étaient «pas acceptés».

L’agente aurait ensuite demandé à la jeune femme de lui montrer son passeport, mais elle ne l’avait pas en sa possession. Sur son téléphone, toutefois, Mme Nield avait des copies de sa carte Nexus, de son certificat de naissance ainsi que de son passeport. La policière, toutefois, tenait  à voir un document original.

«Comme je ne pouvais pas le lui remettre, elle a traversé la fenêtre de ma voiture et elle m’a passé les menottes», assure Emily Nield. La policière lui aurait alors expliqué qu’elle était en état d’arrestation pour avoir conduit sans permis de conduire valide et qu’elle se dirigeait vers la prison.

Au poste, la canadienne a dû passer par une séance de prises de photos et d’empreintes digitales. Elle a ensuite dû payer un montant de 880 $US pour sortir de prison en plus de 200 $US supplémentaires pour récupérer sa voiture à la fourrière.

Effrayée que cet incident puisse nuire à ses futures visites aux États-Unis et à ses recherches d’emploi, Emily Nield pourra finalement dormir en paix. Les accusations contre elles ont été rejetées.

«Je sentais que [cette histoire] était probablement devenue plus grosse qu’elle n’aurait dû l’être, considérant qu’elle était ici pour étudier, a expliqué Matthew Bennett, l’avocat du tribunal du comté de Cook, là où l’incident s’est produit. L’argent payé pour sortir de prison lui sera aussi remboursé.

Oui, les permis canadiens sont reconnus

Questionné à savoir pourquoi le permis de la Canadienne n’avait pas été accepté par les forces de l’ordre en premier lieu, Matthew Bennett a expliqué que la confusion venait du fait qu’Emily Nield a expliqué qu’elle vivait au Tennessee, là où elle étudiait.

Pour les visiteurs temporaires en voyage aux États-Unis, M. Bennett recommande tout de même de conserver son passeport avec soi en tout temps pour éviter de fâcheux évènements comme celui-là.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs