De jeunes conducteurs contre les changements

Des jeunes automobilistes de la province déplorent qu’une modification au Code de la sécurité routière limite le nombre de passagers qu’un conducteur désigné titulaire d’un permis probatoire pourrait transporter.

André Fortin

André Fortin, Ministre des Transports

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Des jeunes automobilistes de la province déplorent qu’une modification au Code de la sécurité routière limite le nombre de passagers qu’un conducteur désigné titulaire d’un permis probatoire pourrait transporter.

En effet, un chauffeur désigné de 19 ans et moins qui va à une fête avec des amis ne pourra ramener ceux qui sont dans la même tranche d’âge à la maison à cause de la limitation. Ils pourraient perdre leur permis.

« Depuis qu’on est jeune, on vient nous encourager en disant qu’être un conducteur désigné c’est un choix responsable, mais le gouvernement nous envoie un message contradictoire », affirme Gabriel Bayette-Riendeau, 17 ans, de Bromont.

Dans une lettre envoyée en date du 23 avril, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a tenu à rappeler aux détenteurs d’un permis probatoire cette limitation effective entre minuit et 5 h.

À compter du 18 mai, la restriction sera d’un passager pour les conducteurs qui possèdent un permis depuis moins de six mois, puis de trois pour ceux qui l’ont depuis six mois à un an.

En cas de non-respect de l’interdiction, les jeunes pourraient se voir remettre un constat d’infraction de 200 à 300 $ en plus de quatre points d’inaptitude. Leur maximum est de trois, ensuite ils perdent leur permis.

Deux jeunes de Québec ont même rédigé une pétition afin de faire reculer le ministre des Transports, André Fortin. Jusqu’à présent, plus de 24 000 personnes y ont apposé leur signature.

Sensibiliser

« On ne pense pas que c’est la bonne manière de régler un problème. On devrait plutôt sensibiliser les jeunes », estime Louis-Gabriel Imreh, 18 ans, l’un des initiateurs de la pétition.

« Ça va affecter plusieurs personnes qui voudraient bien faire », ajoute son acolyte Vincent Demers, 17 ans.

Selon un autre jeune conducteur, Gabriel Bayette-Riendeau, l’interdiction pourrait avoir un effet plus important en région, où les moyens de transport comme le taxi et l’autobus sont moins présents.

Contacté par Le Journal, le bureau du ministre Fortin se défend en disant que « ces mêmes mesures ont permis d’améliorer le bilan routier de l’Ontario d’environ 30 % ». On ajoute qu’on a voulu « limiter les distractions liées au fait de transporter plusieurs passagers ».

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs