Agence QMI

Une majorité de Canadiens ignorent combien leur coûte leur voiture

OTTAWA – Deux automobilistes sur trois au pays ne savent pas combien leur coûte l’utilisation d’un véhicule qu’ils ont acheté, indique un sondage de l’Association canadienne des automobilistes (CAA).

Bloc auto roue pneu

Photo Fotolia

OTTAWA – Deux automobilistes sur trois au pays ne savent pas combien leur coûte l’utilisation d’un véhicule qu’ils ont acheté, indique un sondage de l’Association canadienne des automobilistes (CAA).

 

À lire aussi: Hausse du prix de l'essence: qu'est-ce que ça vous coûte réellement?

À lire aussi: 7 facteurs qui influencent votre prime d'assurance

 

Pour tenter de renverser cette tendance, l’organisme a mis sur pied un calculateur qui prend en compte l’ensemble des coûts liés à l’utilisation et à l’entretien d’une voiture.

«Dans la plupart des ménages, le transport arrive au deuxième rang des dépenses mensuelles », a souligné Jeff Walker, gestionnaire stratégique principal au bureau national de CAA.

«Or, plusieurs dépenses sont souvent négligées lorsqu’on fait le compte au moment d’acheter un nouveau véhicule: essence, assurance, entretien, permis, immatriculation... Tout ça allonge sensiblement la facture», a-t-il précisé.

L’outil de calcul de CAA évalue également les coûts liés à une voiture hybride ou électrique, ce qui permet d’anticiper les dépenses inhérentes à l’achat d’un tel véhicule.

En moyenne, une voiture compacte dotée d’un moteur à essence coûte environ 3300 $ par année.

Dépréciation

CAA précise que les propriétaires de véhicule oublient souvent de considérer la dépréciation de leur voiture dans ce qui leur en coûte, c’est-à-dire la perte de valeur que subit le véhicule avec le temps.

La première année de possession, le véhicule perd en moyenne 30 % de sa valeur, et son prix de revente aura chuté de 60 à 70 % après cinq ans.

«C’est une donnée importante à connaître si on souhaite se départir de sa voiture pendant ces premières années», note David Wurster, président de Vincentric, l’entreprise qui fournit à la CAA les données sur lesquelles le calculateur s’appuie.

Le sondage de la CAA a été mené en mars 2018 auprès de 1530 Canadiens. Un échantillon probabiliste de même taille aurait conduit à une marge d’erreur de ± 2,5 %, 19 fois sur 20.

 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs