Fred Mercier

Encore plus de puissance pour la Subaru WRX STI

La Subaru WRX STI n’a à peu près pas changé depuis 2015 et tout indique qu’il faudra attendre encore quelques années avant la prochaine génération.

WRX STI 2018

Subaru

La Subaru WRX STI n’a à peu près pas changé depuis 2015 et tout indique qu’il faudra attendre encore quelques années avant la prochaine génération.

 

À lire aussi: 10 voitures sport que vous pouvez acheter pour une bouchée de pain

À lire aussi: Il a échangé ses Bitcoins contre une Subaru WRX STI

 

Question de faire patienter ses amateurs, Subaru a trouvé le moyen de tirer encore plus de jus du moteur turbocompressé de 2,5 litres de la STI. Grâce à une prise d’air agrandie et à un nouveau système d’échappement, la légende de rallye qu’est la STI proposera une puissance de 310 chevaux en 2019, une subtile hausse de 5 chevaux par rapport au modèle de 2018.

 

Subaru affirme aussi utiliser des pistons plus solides dans la conception du moteur et avoir mis au point l’unité de commande électronique du véhicule.

La transmission manuelle à six rapports demeure l’unique option disponible. Celle-ci a d’ailleurs été légèrement modifiée pour 2019; Subaru affirme que le ratio révisé de la troisième vitesse permet de meilleures accélérations.

 

Un nouvel écran pour la WRX

Pour ce qui est de la Subaru WRX, un peu moins intense que la WRX STI, Subaru continue d’utiliser la même mécanique de 2,0 litres développant 268 chevaux et 258 livres-pied de couple. Une transmission manuelle demeure aussi offerte, de même qu’une automatique à variation continue (CVT).

À bord, la WRX sera désormais offerte de série avec un écran tactile de 6,5 pouces compatible avec les systèmes Android Auto et Apple CarPlay. Avec la WRX STI, c’est un écran de 7 pouces qui est offert.

Pour 2018, la Subaru WRX est offerte à partir de 31 760$ et la WRX STI à partir de 41 260$.
 

Subaru WRX STI

Subaru

Subaru WRX STI

Subaru

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs