Hyundai Veloster 2019: le style avant tout

Lorsque la Veloster s’est retirée à la fin de l’année 2017, tout le monde s’attendait à ce qu’elle disparaisse pour de bon. Mais non! Comme par magie, elle nous revient sous un nouveau jour.

Hyundai Veloster 2019

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Prix de base très attrayant
  • Silhouette unique
  • Excellente garantie
  • Pas une authentique sportive
  • Configuration à trois portes pas toujours pratique
  • Transmission manuelle peu inspirante
  • Insonorisation à améliorer

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 6/10

  • Équipement: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Apparence: 8/10

  • Performance: 7/10

  • Prix: 8/10

  • Rangement: 7/10

Lorsque la Veloster de première génération s’est retirée à la fin de l’année 2017, tout le monde s’attendait à ce qu’elle disparaisse pour de bon. Mais non! Comme par magie, elle nous revient sous un nouveau jour.

À lire aussi: Hyundai Ioniq PHEV: la voiture verte pour tout le monde

L’asymétrie à son apogée

La plupart des véhicules sont symétriques. Autrement dit, le côté droit est comme le côté gauche. Mais ce n’est pas le cas de tous. Rappelons-nous du Nissan Cube, notamment. La Veloster de première génération était également asymétrique.

Bien qu’elle partage désormais sa plateforme avec l’Elantra GT plutôt que l’Accent comme c’était le cas auparavant, la Veloster ne renie pas ses origines pour autant. Elle continue donc d’être dotée de deux portières du côté passager, mais d’une seule du côté conducteur.

Pour cette nouvelle Veloster, Hyundai a poursuivi l’asymétrie jusqu’à l’intérieur. En effet, elle peut être livrée avec un intérieur bicolore. Alors qu’on retrouve du beige pâle du côté du passager, le côté conducteur est plutôt gris foncé. Certains aiment, d’autres moins. 

L’habitacle est globalement bien conçu, malgré une surabondance de plastiques durs. Sur la planche de bord, on retrouve une panoplie de boutons physiques qui facilitent les différents réglages. On retrouve même un drapeau à damier du côté passager. Ça fait «sportif», faut croire!

Les sièges avant soutiennent convenablement, sans par contre donner l’impression de se trouver dans une sportive. À l’arrière, je m’attendais à être plus que coincé en y prenant place. Cela dit, sans être spacieuses, les places sur la banquette sont convenables. Comme il n’y a qu’une porte arrière du côté passager, l’entrée et la sortie des occupants pourraient s’avérer périlleuses. 

Turbo, pas de turbo

Sur le plan de la mécanique, l’offre est assez simple. On retrouve deux moteurs à quatre cylindres. L’un est atmosphérique et le second est turbocompressé. Le premier bloc développe 147 chevaux et 132 livres-pied. Il peut être jumelé à une transmission manuelle à six rapports ou à une automatique qui compte autant de rapports. Quant au deuxième, il génère 201 chevaux et 195 livres-pied. Seul ce moteur a été mis à notre disposition lors de noter premier contact avec la Veloster.

Pour ce qui est des transmissions, on retrouve la même manuelle à six rapports à laquelle s’ajoute une automatique à sept rapports à double embrayage. Alors que cette dernière réagit parfois un peu trop tard lorsqu’on appuie sur l’accélérateur, j’ai trouvé que la manuelle manquait franchement d’aplomb. Son débattement est malheureusement trop long pour une voiture qui prétend être une sportive.

201 chevaux et 195 livres-pied, ce n’est rien pour décoiffer qui que ce soit. En revanche, lorsqu’on relativise en jetant un coup d’œil à la facture payée, c’est drôlement plus spectaculaire.

Tant qu’à parler de prix, soulignons deux fois plutôt qu’une qu’il s’agit de l’atout principal de la Veloster. La version la moins dispendieuse, munie du bloc atmosphérique, est offerte à partir de 20 999$. Pour obtenir une version turbocompressée, il faut minimalement débourser 25 899$. Considérant que les Honda Civic Si et Volkswagen Golf GTI se détaillent respectivement 29 090 $ et 30 595 $, la Coréenne marque un point.

Pour ce qui est de la consommation d’essence, les cotes fournies par Ressources naturelles Canada n’ont pas encore été émises. 

Bruyante

Autant en conduite urbaine que sur route, la Veloster s’est avérée plutôt bruyante. Les pneumatiques offerts de série qui sont de basse qualité n’aident en rien l’insonorisation de l’habitacle qui ne semble pas être suffisante. On aurait définitivement apprécié plus de silence.

De base, la Veloster est livrée avec de très pneus Nexen. Cela dit, il est possible de cracher un 500$ supplémentaire afin d’obtenir l’ensemble Performance qui vous en donnera amplement pour votre argent. Ce dernier comprend notamment quatre pneus Michelin Sport 4 Performance et des jantes noires dont le diamètre est de 18 pouces. 

Jamais trop...

Pour ceux et celles qui ne sont pas rassasiés par la Veloster, sachez qu’une version «N» arrivera au pays d’ici la fin de la présente année. Le «N» chez Hyundai, c’est un peu comme le «M» chez BMW ou l’«AMG» chez Mercedes-Benz.

Il s’agira donc d’une version plus radicale de la Veloster. Sous son capot logera un moteur à quatre cylindres de 2,0 L qui développera 275 chevaux et 260 livres-pied. Il est prévu que seule une boîte manuelle à six rapports figure au catalogue. Ça promet! 

En bref

La Veloster est bien moins chère qu’une Golf GTI. Cela dit, la Coréenne ne représente pas une menace pour l’Allemande parce que cette dernière est une véritable sportive contrairement à la Veloster. Un peu comme la Toyota Paseo ou la Ford Escort ZX2 avant elle, la Veloster a l’apparence d’une sportive sans en proposer le comportement.

Si vous recherchez une voiture dont l’allure prime sur le comportement routier, fortes sont les chances que la Veloster de deuxième génération vous plaise grandement. 

 

Fiche technique

Nom: Hyundai Veloster 2019
Prix de base : 20 999$
Prix du modèle à l’essai: 29 899$
Configuration : Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur à quatre cylindres de 2,0 L atmosphérique ou moteur à quatre cylindres de 1,6 L turbocompressé
Puissance/couple: (2,0L : 147 ch/ 132 lb-pi) et (1,6L turbo: 201 ch/ 195 lb-pi)
Transmission : Manuelle à cinq vitesses, automatique à six rapports ou automatique à double embrayage à sept rapports
Consommation d’essence annoncée: n/a
Garantie de base : 5 ans/100 000 km
Concurrence: MINI Cooper / Cooper S, Volkswagen Beetle, Volkswaen Golf GTI, Honda Civic Coupé / Si

Appréciation (sur 10)
Consommation d’essence : n/a
Équipements : 7
Prix : 8
Style : 8
Confort (à l’avant) : 7
Confort (à l’arrière) : 6
Tenue de route : 7
Performance : 7
Espace de rangement : 7
Note globale : 7

Forces
Prix de base très attrayant
Silhouette unique
Insonorisation à améliorer
Excellente garantie

Faiblesses
Pas une authentique sportive
Configuration à trois portes pas toujours pratique
Transmission manuelle peu inspirante

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Hyundai Veloster 2019

Germain Goyer

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs