Une Tesla en mode semi-autonome percute une voiture de police

Une Tesla qui roulait en mode semi-autonome sur une route américaine a percuté mardi une voiture de police en stationnement, un accident sans gravité mais qui intervient alors que le logiciel «Autopilot» fait déjà l’objet d’une enquête.

Tesla police

Laguna Beach Police Department

SAN FRANCISCO | Une Tesla qui roulait en mode semi-autonome sur une route américaine a percuté mardi une voiture de police en stationnement, un accident sans gravité mais qui intervient alors que le logiciel «Autopilot» fait déjà l’objet d’une enquête.

«L’agent (de police) n’était pas dans le véhicule et le conducteur de la Tesla n’a subi que de légères blessures», a indiqué la police de Laguna Beach, située au sud de Los Angeles (ouest), sur son compte Twitter, qui montre aussi des photos des véhicules accidentés.

La berline roulait «en "Autopilot"», un logiciel que Tesla prend soin de présenter comme un système d’aide à la conduite et non de conduite autonome.

 

 

Interrogé par l’AFP, le constructeur de voitures électriques haut-de-gamme a indiqué que «lorsque les conducteurs utilisent Autopilot, (le système) leur rappelle en permanence qu’il est de leur responsabilité de laisser leurs mains sur le volant et de garder le contrôle du véhicule à tout moment».

Tesla a aussi assuré avoir toujours dit que son logiciel ne rendait pas ses voitures invulnérables et rappelé qu’Autopilot est prévu pour fonctionner sur autoroute avec séparation centrale.

Bien que Tesla soit un petit constructeur, qui ne produit qu’environ 100 000 voitures par an, la renommée de ses voitures électriques et le caractère médiatique de son patron Elon Musk, lui font régulièrement faire les gros titres, notamment à l’occasion d’accidents.

Mi-mai, une collision impliquant une Tesla (mais sans qu’on sache si «Autopilot» était activé) dans l’Utah avait fait réagir M. Musk, qui s’est plaint de l’attention disproportionnée des médias.

Un autre accident, impliquant une Tesla avec «Autopilot» activé, qui a fait un mort en Californie en mars, fait l’objet d’une enquête du régulateur des transports américain (NTSB) et a suscité des échanges particulièrement vifs entre M. Musk et le NTSB, qui ont abouti à ce que Tesla décide ne plus participer à l’enquête.

Le NTSB a aussi ouvert une enquête sur un autre accident impliquant une Tesla qui a fait deux morts en Floride (sud-est). Mais elle porte sur l’embrasement de la batterie du véhicule et non sur le logiciel d’assistance à la conduite.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs