Agence QMI

Des amendes plus sévères pour le cellulaire au volant dès samedi

Se faire surprendre par la police à utiliser son cellulaire au volant coûtera plus cher à partir de samedi, alors que de nouvelles dispositions du Code de la sécurité routière entreront en vigueur.

Cellulaire au volant

Un quart des conducteurs ont affirmé utiliser leur téléphone pour faire un appel, écrire un texto ou consulter les médias sociaux.

Photo Fotolia

MONTRÉAL | Se faire surprendre par la police à utiliser son cellulaire au volant coûtera plus cher à partir de samedi, alors que de nouvelles dispositions du Code de la sécurité routière entreront en vigueur.

Les amendes pour cette infraction seront désormais de 300 $ à 600 $ et elles seront accompagnées de 5 points d’inaptitude. Par le passé, une telle faute coûtait de 80 $ à 100 $ et entraînait 4 points d’inaptitude.

En cas de manquement, le permis de conduire sera suspendu de 3, 7 ou 30 jours, selon qu’il s’agisse d’une première, deuxième ou troisième récidive sur une période de deux ans.

Tous les appareils électroniques – cellulaire, iPod, tablette, etc. – seront interdits au volant. Les conducteurs pourront toutefois continuer d’effectuer des appels avec un appareil mains libres ou utiliser un écouteur dans une seule oreille.

La loi permettra également d’utiliser son cellulaire comme GPS s’il est fixé sur un support en respectant certaines conditions, ainsi que l’écran intégré au véhicule s’il vient en aide à la conduite.

Les cyclistes aussi

Les cyclistes seront dorénavant assujettis à cette mesure et ne pourront donc plus consulter d’appareils portatifs, comme les cellulaires ou lecteurs de musique, en pédalant. Ils seront passibles d’une amende de 80 $ à 100 $.

Par le fait même, les gens qui circulent à vélo ne pourront plus porter aucun écouteur.

Ces dispositions touchent également les utilisateurs d’une aide à la mobilité motorisée. Les amendes pour ces gens varieront de 30 $ à 60 $.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs