Toyota 4Runner: Vieux, mais pas dépassé

Qu’ont en commun la sortie de la chanson «Love the way you are» de Bruno Mars, la canonisation du frère André ainsi que lancement de l’actuel Toyota 4Runner? Ces trois évènements ont eu lieu en 2010.

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Lunette arrière qui baisse de manière électrique
  • Un des derniers vrais 4X4
  • Look traditionnel et imposant
  • Dispendieux
  • Véhicule vieillissant
  • Aménagement intérieur dépassé

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Consommation: 5/10

  • Équipement: 6/10

  • Comportement: 7/10

  • Apparence: 9/10

  • Performance: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Rangement: 7/10

Qu’ont en commun la sortie de la chanson Love the way you are de Bruno Mars, la canonisation du frère André ainsi que lancement de l’actuel Toyota 4Runner? Ces trois évènements ont eu lieu en 2010.

Tout ça pour dire que le 4Runner ne date pas d’hier. En fait, il incarne tout l’opposé de la modernité. Et franchement, ce n’est pas un reproche tant que ça. 

 

À lire aussi: Si les dinosaures existaient encore, ils ressembleraient à ça

 

Très dinosaure

Le 4Runner actuel a huit ans et ça se ressent. Lorsqu’on prend place dans l’habitacle, c’est comme si on embarquait dans une Delorean et qu’on faisait un voyage dans le passé. La désuétude du système d’infodivertissement et de son écran est le principal reproche qu’on lui adresse.

Sous le capot, un seul moteur est disponible. Il s’agit d’un V6 de 4,0 L qui développe une puissance de 270 chevaux et un couple de 278 livres-pied.

Il est jumelé à une transmission automatique à cinq rapports. Bien qu’en théorie on pourrait croire qu’il lui manque un ou même deux rapports à cette transmission, sur l’autoroute, lorsqu’on circule à la vitesse tolérée, il ne révolutionne pas outre mesure. Voilà une autre preuve qu’une bonne boîte à cinq rapports est parfois plus efficace qu’une autre qui en compte sept ou huit.

Sur le plan de la consommation d’essence, on annonce 14,3 L/100 km en ville et 11,9 L/100 km sur route. Lors des 200 kilomètres parcourus lors de la semaine d’essai, nous avons toutefois enregistré une consommation moyenne de 17,3 L/100 km. 

Silence et confort

Le Toyota 4Runner est un des derniers authentiques véhicules 4X4 bâtis sur un châssis en échelle.

Il est donc ardu de le comparer à d’autres véhicules. On peut penser au Jeep Wrangler ou même au Grand Cherokee en étirant un peu. Avant que le Nissan Pathfinder ne devienne un banal véhicule utilitaire sport, celui-ci aurait pu aussi être identifié comme un concurrent.

Lorsque j’ai récupéré la clé (parce que même à 55 000 $, oubliez le bouton de démarrage, il vient avec une vraie clé) du 4Runner que j’ai mis à l’essai, j’avais peur de devoir prendre un rendez-vous chez le chiro à la fin de la semaine. Je craignais que ça brasse sans bon sens et que je revole à chaque nid-de-poule. Et pourtant, non. Le confort général m’a globalement épaté compte tenu de la vocation du véhicule. Il en est de même pour le silence de roulement.

Le 4Runner mis à l’essai était muni de l’ensemble TRD Pro. Cette option cochée au bon de commande élève le prix de 7 480 $. Cet ensemble comprend entre autres les ressorts avant calibrés TRD, les amortisseurs haute performance Bilstein TRD, les pneus tout terrain Nitto Terra de 31,5 pouces, les roues de 17 pouces en aluminium noir mat, plaque protectrice avant en aluminium de même qu’une panoplie d’emblèmes TRD dispersés un peu partout.

D’ailleurs, le 4Runner Limited peut être livré avec une troisième banquette qui permet d’accueillir jusqu’à sept occupants. Quant à  la version TRD Pro, elle ne peut accueillir que cinq occupants, ce qui lui confère un coffre arrière bien plus volumineux. Derrière la deuxième rangée, il peut charger jusqu’à 1300 L contre seulement 300 L derrière la troisième rangée. 

Un système 4X4 à toute épreuve?

Histoire de tourner une capsule dans laquelle le 4Runner serait dans son élément, nous nous sommes dirigés vers Vaudreuil-Dorion afin de capter quelques images du véhicule en conduite hors route.

Bien que le terrain était très sec en raison du faible taux de précipitation jusqu’à présent, la surface sur laquelle nous roulions était tout sauf boueuse. Malheureusement, après seulement quelques minutes de conduite hors route de calibre très modéré, le 4Runner est resté pris. Un morceau de bois s’est coincé dans l’essieu arrière ce qui a compliqué notre périple...

On ose croire qu’il s’agit d’une véritable malchance. 

Populaire, oui et non

Même si ce 4X4 on ne peut plus traditionnel se fait quelque peu vieillissant, il demeure populaire. Alors que Toyota en vendait entre 2500 et 2800 unités lors des premières années de production de ce modèle de génération actuelle au Canada, il s’en est vendu près de 7900 exemplaires l’année dernière. À titre de référence, Jeep a vendu plus de 17 000 Wrangler en 2017 alors que le modèle était, lui aussi, en fin de parcours.

Sans doute en raison de la réputation de fiabilité de la marque Toyota et de ce modèle précis, le Toyota 4Runner se classe au troisième rang des véhicules ayant la meilleure valeur de revente, pour 2018 selon le Kelley Blue Book, devant le Wrangler. Les deux premières positions sont occupées par les Toyota Tacoma et Tundra.


Bref

Même s’il est vieux, le Toyota 4Runner est exactement comme un bouillon de poulet. Réconfortant, satisfaisant et sans surprise. Est-ce que ce véhicule m’a séduit? Malgré les pépins connus en conduite hors route, il m’a charmé. Avoir besoin d’un 4X4 le plus traditionnel qui soit, je pencherais fort probablement vers lui. 

Nom: Toyota 4Runner TRD Pro 2018
Prix de base : 47 964 $
Prix du modèle à l’essai: 54 832 $
Configuration : Véhicule à quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur V6 4,0 litre
Puissance/couple: 270 ch/ 278 lb-pi
Transmission : Automatique à cinq rapports
Consommation d’essence annoncée: 14,3 L/100 km (ville) 11,9 L/100 km (route)
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
Concurrence: Jeep Wrangler, Jeep Grand Cherokee

Appréciation (sur 10)
Consommation d’essence : 5
Équipements : 6
Prix : 7
Style : 9
Confort (à l’avant) : 8
Confort (à l’arrière) : 7
Tenue de route : 7
Performance : 7
Espace de rangement : 7
Note globale : 7


Forces
Lunette arrière qui baisse de manière électrique
Un des derniers vrais 4X4
Look traditionnel et imposant

Faiblesses
Dispendieux
Véhicule vieillissant
Aménagement intérieur dépassé

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Toyota

Toyota 4Runner 2018

Frédéric Mercier

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs