Frédéric Mercier

La voie de gauche, c’est fait pour dépasser

C’est trop peu connu, mais le Québec a aussi sa législation au sujet des «lambineux» de la voie de gauche.

Circulation

photo d'archives

Ça nous est tous déjà arrivé.

Sur l’autoroute, il est trop fréquent de devoir ralentir en raison d’automobilistes qui se déplacent à vitesse moindre dans la voie de gauche, et ce, même s’ils n’ont aucun dépassement à effectuer.

 

À lire aussi: 7 types de conducteurs qui nous énervent sur la route

À lire aussi: Les conducteurs québécois sont trop distraits, selon une étude

 

Ce problème n’est pas propre au Québec, rassurez-vous. En Indiana, aux États-Unis, un policier a publié un tweet devenu viral le mois dernier, où il expliquait avoir intercepté un automobiliste qui ralentissait plusieurs personnes en circulant dans la voie de gauche sans raison.

 

 

De notre côté de la frontière, en Colombie-Britannique, le sujet a fait couler beaucoup d’encre en 2015 quand une nouvelle loi a fait passer à 167$ et trois points d’inaptitude la sanction infligée aux automobilistes circulant trop lentement dans la voie de gauche.

Et au Québec?

C’est trop peu connu, mais le Québec a aussi sa législation au sujet des «lambineux» de la voie de gauche.

Selon l’article 324 du Code de la sécurité routière québécois, il est stipulé que «sur une chaussée à deux voies de circulation à sens unique, le conducteur d’un véhicule routier doit utiliser la voie d’extrême droite». On ajoute que «sur une chaussée à trois voies ou plus de circulation à sens unique, il doit utiliser l’une des voies de droite».

L’article explique ensuite que «pour dépasser un véhicule, pour effectuer un virage à gauche, pour utiliser une voie de sortie d’un chemin à accès limité ou lorsque la voie qu’il utilise est obstruée ou fermée à la circulation, [l’automobiliste] peut emprunter la voie d’extrême gauche».

Bref, si vous n’avez pas à dépasser, à tourner ou à éviter un obstacle, la voie de gauche n’est pas pour vous.

Dans l’article 325, le Code de la sécurité routière en rajoute en indiquant que «le conducteur d’un véhicule routier qui circule à une vitesse inférieure à celle de l’allure de la circulation ou d’un véhicule à basse vitesse doit conduire sur la voie d’extrême droite, à moins qu’il s’apprête à tourner à gauche, à stationner ou à effectuer un arrêt sur le côté gauche et qu’il en ait signalé son intention».

À noter que ces règles ne s’appliquent qu’aux chaussées à plusieurs voies de circulation à sens unique dont la limite de vitesse permise est supérieure à 80 km/h.

Combien ça coûte?

Il est écrit noir sur blanc dans le Code de la sécurité routière que circuler sur la voie d’extrême gauche sans raison n’est pas permis. Sauf que l’amende en lien avec cette infraction n’a rien de bien intimidant, avec un montant pouvant osciller entre 60$ et 120$.

Et encore faudrait-il que les forces de l’ordre appliquent ce règlement qui semble avoir été oublié. D’ailleurs, sur le site web de la Société de l’assurance automobile du Québec, nous n’avons trouvé aucune trace de cette réglementation.

Sur les autoroutes des États-Unis et même d’ailleurs au Canada, il n’est pas rare de croiser des panneaux de signalisation sur lesquels on peut lire «Keep right except to pass». Gardez la droite sauf lors d’un dépassement. Ça pourrait difficilement être plus clair.

 

C’est bien beau faire des lois, mais il faut aussi les appliquer et s’assurer que le message est compris.

En attendant, les voies de gauche du Québec demeureront hypothéquées par les chauffards qui violent le Code de la sécurité routière, parfois sans même le savoir.
 

8d228e68-3753-463a-b799-68b5ad4cf92f

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs