Fred Mercier

Un homme change de sexe pour faire baisser la facture de son assurance auto

Désirant faire baisser le montant de sa prime d’assurance, un automobiliste de l’Alberta a fait changer son sexe sur son certificat de naissance.

Sexe

adragan - stock.adobe.com

Désirant faire baisser le montant de sa prime d’assurance, un automobiliste de l’Alberta a fait changer son sexe sur son certificat de naissance.

«J’ai profité d’une faille dans le système», a expliqué l’albertain de 24 ans en entrevue avec CBC News.

S’il n’a aucunement l’intention d’entreprendre de réelles procédures pour devenir une femme, le jeune homme désirant garder l’anonymat a tout de même fait changer son statut pour devenir «officiellement» une femme auprès du gouvernement albertain. Et il l’a fait uniquement pour économiser sur sa prime d’assurance.

 

À lire aussi: 7 facteurs qui influencent votre prime d'assurance

À lire aussi: Voici comment obtenir le meilleur prix à l'achat d'une voiture neuve

 

Une différence marquée

L’idée de changement de sexe est venue au jeune homme après avoir appelé une compagnie d’assurance pour une soumission sur une voiture qu’il désirait acheter. Montant de la prime: 4517$ par année.

Curieux, le jeune homme a demandé à l’assureur combien lui coûterait une assurance sur le même véhicule s’il était une femme. On lui aurait alors répondu que la prime chuterait à 3423$ par année.

Motivé à économiser, l’homme s’est renseigné à propos des démarches nécessaires pour changer le statut de son sexe auprès des instances gouvernementales. Il a réalisé qu’il avait simplement besoin d’une note d’un docteur expliquant qu’il s’identifiait comme une femme.

«C’était plutôt facile. Je l’ai simplement demandé et j’ai dit que je m’identifiais comme une femme, ou que j’aimerais m’identifier comme une femme, et il [le docteur] a écrit la lettre que je voulais.»

En devenant ainsi une femme aux yeux de la Loi, l’automobiliste assure avoir économisé 1100$ sur sa prime d’assurance.

Des personnes transgenres pas de bonne humeur

Mis au courant de la tactique du jeune homme, des membres de la communauté transgenre du Canada n’ont pas semblé apprécier l’exercice. «Ça laisse planer une sorte de doute sur les motivations de tous les autres qui voudraient changer de sexe», estime Marie Little, ancienne présidente de la Trans Alliance Society en entrevue avec CBC News. «Je pense que ça donne des munitions aux personnes qui veulent enlever des droits aux personnes transgenres», poursuit-elle.

Le principal intéressé, de son côté, assure qu’il n’a jamais voulu porter atteinte à la communauté transgenre. «Je voulais simplement payer moins cher en assurances», jure-t-il.
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs