Ce qui nous a épaté et ce qui nous a déplu de la Nissan 370Z

Durant une semaine, nous avons conduit la Nissan 370Z. Voici ce qu’on a aimé et ce qu’on a moins aimé de ce coupé sportif.

Nissan 370Z NISMO

Durant une semaine, nous avons conduit la Nissan 370Z. Voici ce qu’on a aimé et ce qu’on a moins aimé de ce coupé sportif.

 

À lire aussi: Nissan a transformé une décapotable en motoneige et on l’a essayée

 

Les plus

La puissance de son V6

Un seul moteur est présent dans le catalogue. Il s’agit d’un V6 de 3,7 L dont la puissance et le couple se chiffrent respectivement à 332 chevaux-vapeur et 270 livres-pied.

Bien que ses concurrentes directes soient très peu nombreuses – on peut penser à la Subaru BRZ, à la Toyota 86 et à la Mazda MX-5 – elle est la seul à offrir un moteur à six cylindres. Elle est aussi la seule à proposer autant de puissance.

La puissance n’est rien sans une tenue de route. Heureusement pour elle, elle réussit à allier ces deux caractéristiques. Même si on ressent la lourdeur du véhicule en comparaison avec ses concurrentes, dès les premiers virages, on apprécie la rigidité du châssis. 

Son prix, mais...

Il y a quelques années, le prix de base de la Nissan 370Z a diminué d’un coup de 10 000$. Une chute on ne peut plus radicale. Soudainement, elle est devenue plus intéressante que jamais avec une facture sous la barre des 30 000$. Elle est moins chère que la Mazda MX-5. C’est tout dire.

Il est tout de même impératif de demeurer prudent. Même si le prix de départ est terriblement alléchant, la facture peut facilement dépasser les 45 000$. Et pour une version cabriolet, il faudra minimalement débourser 50 000$. Ça commence à faire beaucoup d’argent. Un peu trop d’argent, pour être bien franc. 

La version Nismo

Nissan n’a négligé personne. Même les plus radicaux. En fait, c’est pour eux qu’a été conçue la version Nismo de ce modèle, celle qu’on a mise à l’essai. Bien que son moulin soit le même que celui de la 370Z dite ordinaire, celui-ci a été retravaillé. Ainsi, sa puissance et son couple passent respectivement à 350 chevaux-vapeur et 276 livres-pied.

Pour le plus grand plaisir de nos oreilles, il révolutionne aussi plus haut, soit jusqu’à 7400 tours-minute.

La déclinaison Nismo comprend aussi des jantes de 19 pouces, des suspensions revues et des sièges Recaro.

Pour cette variante, seule la transmission manuelle est livrable. 

Les moins

Une expérience vintage

On ne peut plus qualifier la 370Z de petite jeunesse. En réalité, elle est en fin de carrière et rêve d’une retraite dorée. Si sa silhouette ne nous apparaît pas démodée, on ne peut en dire autant de l’habitacle.

On va se dire les choses telles qu’elles le sont. Lorsqu’en prend place à bord de la 370Z, on vit un retour dans le passé. Elle existe depuis 2009 et ça commence à se faire sentir. Le gros plastique dur est omniprésent. Quand on regarde les cadrans, on pense tout de suite aux vieux réveille-matin qui étaient déjà dépassés au tournant du millénaire.

Pour ce qui est de son système d’infodivertissement, on vous souhaite d’avoir de la patience à revendre, car vous en aurez besoin pour y naviguer.

Contrairement à la BRZ et à la FRS, la 370Z est une véritable voiture à deux places. Elle assume très bien le fait qu’elle n’est pas du tout destinée à la famille. On n’a pas essayé de se donner bonne conscience en incluant deux petits sièges à l’arrière. De toute manière, ces derniers sont, la plupart du temps, inutilisables. 

Voiture d’été seulement

La plus grande qualité de cette voiture, soit son caractère sportif, peut s’avérer être un de ses grands défauts tout dépendant de l’utilisation que vous comptez en faire.

La 370Z est un jouet. Oubliez l’idée d’en faire une voiture que vous conduirez à l’année. Le simple fait de conduire cette voiture à roues motrices arrière dans une tempête de neige est à l’origine de nombreux cauchemars. Sa proximité avec le sol n’aide pas non plus.
Et ça, c’est sans parler du fait qu’elle a toujours envie de bondir comme un lapin à chaque arrêt. 

La transmission automatique

Il y a de ces voitures pour lesquelles la transmission automatique ne devrait même pas être une possibilité. Comme les Mazda MX-5, Subaru BRZ et MINI Cooper. Si la 370Z est aussi plaisante à conduire, c’est entre autres grâce à sa boîte à six rapports.

Si vous ne maîtrisez pas la technique du talon-pointe, soyez rassuré. En effet, elle peut être livrée avec la technologie SynchroRev, ce qui donnera l’impression à votre passager d’être un pilote. En fait, presque.

Fiche technique

Nom: Nissan 370Z 2018
Prix de base : 29 998$
Configuration : Véhicule à roues motrices arrière avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur à six cylindres de 3,7 litre
Puissance/couple: 332 ch/ 270 lb-pi
Transmission : Manuelle à six vitesses ou automatique à sept rapports
Consommation d’essence annoncée (transmission manuelle): 13,3 L/100 km (ville) 9,3 L/100 km (route)
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
Concurrence: Mazda MX-5, Subaru BRZ, Toyota 86

Appréciation (sur 10)
Consommation d’essence : 7
Équipements : 7
Prix : 9
Style : 7
Confort (à l’avant) : 7
Tenue de route : 8
Performance : 8
Espace de rangement : 6
Note globale : 8

Nissan 370Z NISMO

Nissan

Nissan 370Z NISMO

Nissan

Nissan 370Z NISMO

Nissan

Nissan 370Z NISMO

Nissan

Nissan 370Z NISMO

Nissan

Nissan 370Z NISMO

Nissan

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs