Fred Mercier

Voiture solaire: un premier podium pour des étudiants québécois

Des étudiants de l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal ont fait briller leur école à l’international avec leur nouvelle voiture solaire, l’Éclipse X.

Eclipse X

École de technologie supérieure

Des étudiants de l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal ont fait briller leur école à l’international avec leur nouvelle voiture solaire, l’Éclipse X. 

 

À lire aussi: Des étudiants québécois battent un record du monde

À lire aussi: Des étudiants de l'ÉTS font briller le Québec en Californie

 

Avec son nouveau véhicule entièrement repensé, l’équipe montréalaise est grimpée sur la troisième marche du podium de l’American Solar Challenge, une compétition réputée où s’affrontent des universités de partout dans le monde.

 

Pour atteindre ce premier podium, l’équipe de l’ÉTS a dû parcourir plus de 2800 kilomètres à bord de l’Eclipse X, roulant du Nebraska jusqu’en Oregon sans dépenser la moindre goutte d’essence. Entièrement alimenté par l’énergie solaire, l’Éclipse X misait sur un poids plume de 150 kilos et sur un coefficient d’aérodynamisme dont la force de traînée équivaut à celle d’une main pour se faire valoir.

 

En début de compétition, des problèmes techniques ont compliqué bien des choses pour l’équipe québécoise de 40 étudiants. Avant le début de la longue randonnée vers l’Oregon, les véhicules inscrits à la compétition devaient réaliser quelques tests sur piste. Sans que les membres de l’ÉTS ne comprennent pourquoi, les batteries de l’Éclipse X surchauffaient, ce qui l’empêchait de fonctionner 50% du temps.

Pendant trois jours, les étudiants de l’ÉTS se sont creusés les méninges pour trouver la source du problème. C’est finalement des pièces du bloc de piles qui s’étaient desserrées durant le transport qui causaient la surchauffe. «L’énergie générée par la résistance des contacts faisait tant de chaleur que notre batterie se transformait littéralement en toaster», raconte Anthony Riendeau, capitaine de l’équipe.

Une fois la problématique identifiée et corrigée, l’Éclipse X a repris la route à 100% de ses capacités. Rapidement, l’équipe montréalaise s’est positionnée parmi le peloton de tête et n’a pas lâché jusqu’au fil d’arrivée, dans la municipalité de Bend en Oregon.

 

Devant l’ÉTS, les équipes de la Western Sydney University (Australie) et de l’University of Michigan (États-Unis) ont  respectivement remporté la première et la deuxième position. Mentionnons aussi l’excellente performance des étudiants de la Polytechnique de Montréal, qui s’est démarquée avec un quatrième rang.

Ce premier podium de l’ÉTS survient 26 ans après la mise en place de la fabrication de la première voiture solaire par des étudiants de l’école, l’Éclipse 1, en 1992.

À peine revenus au pays, les membres de l’équipe de l’Éclipse X ont déjà d’autres ambitions. On veut maintenant participer à la plus importante compétition du genre dans le monde, le World Solar Challenge, qui se tient une fois aux deux ans et qui traverse l'Australie du Nord au Sud. 

Contre les meilleures équipes de la planète, les étudiants de l’ÉTS entendent se tailler une place parmi le Top 10 en 2019, lors de la prochaine édition de la compétition.
 

441cde32-6c4d-4abc-9f4a-a749740bd984

École de technologie supérieure

ae12fc81-0285-41f5-b324-5095cd7f8d3a

École de technologie supérieure

b7a71976-e3fc-4aeb-921e-bf247ebd0a2c

École de technologie supérieure

6ae1c2ad-5ebd-4ff6-b173-254a5a95c70f

École de technologie supérieure

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs