Quand la musique de l’un est le vacarme de l’autre

Quand il est question de bruit, je m’inquiète surtout pour les circuits et pistes d’essais de la province.

Drag Racing Tire Burnout

Fotolia

Peu de choses sont plus agréables aux oreilles des passionné(e)s de mécanique et de performance que le hurlement d’un V12 Ferrari, le rugissement d’un V8 de Corvette ou le chant rauque d’un cinq cylindres Audi à plein régime.

C’est un plaisir viscéral à peu près impossible à expliquer ou justifier. On adore ou on déteste. Le problème est évidemment de savoir comment les premiers peuvent le goûter pleinement sans indisposer ou enrager les autres.

Chose certaine, en mécanique comme en musique, la qualité du son doit primer sur sa quantité. Par chance, l’électronique offre la possibilité de moduler à volonté, ou presque, la sonorité de l’échappement et le niveau sonore des voitures et autres véhicules.

La division AMG de Mercedes-Benz joue cette carte de façon magistrale depuis des années. En appuyant sur un bouton qui actionne des clapets dans le système d’échappement, on jurerait être dans une voiture NASCAR à Daytona. On touche le même bouton et c’est à peine si on entend ronronner le V8 qui tourne sous le capot. Ford vient aussi de faire la même chose pour la Mustang.

 

Méfaits de la minorité bruyante

Sur la route, automobilistes et motocyclistes subissent les effets du comportement de minorités très bruyantes. Ce sont elles qui provoquent la colère des passants et du bon peuple. Tous les autres en paient le prix. En perception, à tout le moins.

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) vient de lancer un projet-pilote de trois ans dans le cadre duquel le niveau sonore de l’échappement des motos et cyclomoteurs doit être vérifié au moyen de sonomètres. Les premières cibles sont forcément les motos modifiées, surtout américaines, qui promènent une paire de tuyaux d’échappement droits, sans aucun silencieux.

Rions ensemble de l’argument selon lequel un pot d'échappement bruyant sauve des vies (loud pipes save lives). Parce que près de 40 % des accidents de moto sont causés par une erreur du pilote et plus de 50 % par un autre véhicule qui arrive le plus souvent de l’avant et n’a donc aucune chance d’entendre même les plus bruyants des straight pipes. La conduite défensive et un équipement de protection complet et visible sont des alliés infiniment meilleurs.

Pour ce qui est des voitures, la SAAQ interdit simplement que tout système d'échappement remplacé ou modifié soit plus bruyant que l’équipement d’origine. Là encore, une sonorité plus basse et ronde n’est pas nécessairement plus forte. Seul le sonomètre le sait.

 

Terrains de jeu sérieux

Quand il est question de bruit, je m’inquiète surtout pour les circuits et pistes d’essais de la province. Ces seuls endroits où il est possible d’explorer les limites d’une machine en toute légalité avec un maximum de sécurité. Parce que le nombre de décès a augmenté de 63 % l’an dernier parmi les jeunes de 15 à 24 ans. Et surtout parce que je me souviens parfaitement du jeune conducteur que j’étais, fou de voitures et fasciné par la vitesse.

J’aurais sans doute profité de ces journées et soirées où les circuits ICAR, Sanair, St-Eustache et autres offrent aux conducteurs de pousser leur voiture sur piste, à peu de frais. J’aurais sans doute mérité aussi une contravention pour l’échappement tronqué à la scie de ma belle Epic GT. Notez que c’était bien avant l’époque des catalyseurs.

Or, l’existence même de ces circuits est menacée. On sait déjà que l’Autodrome St-Eustache disparaîtra l’an prochain, après une quarantaine d’années, malgré un jugement favorable rendu par la Cour supérieure du Québec il y a plus de 20 ans. La raison: toujours le bruit, de confirmer Alan Labrosse, qui dirige l’entreprise avec ses fils depuis une douzaine d’années. Ils en auraient pris encore 20.

Je suis attaché à ces circuits où j’ai bouclé un ou deux milliers de tours et où j’ai fait mon métier de journaliste automobile dans les meilleures conditions possible. J’en souhaite autant à mes collègues et à tous les passionnés, filles ou garçons, jeunes et moins jeunes.

 

Il suffirait que tous les circuits, tous les clubs ou écoles de pilotage, toutes les associations et fédérations de tous les sports mécaniques s’entendent sur un contrôle strict et intelligent du bruit de toutes les machines. Et aussi sur des horaires et calendriers qui respectent le droit des voisins à une vie sans vacarme.

Voilà une chose que nous pouvons tous comprendre.

0249fd0f-f2e6-4a09-aee3-5c22008e4829

Archives

546a86fb-3fc9-4856-8f34-c53e3921d7f3

Archives

Ford Mustang GT 2018

Germain Goyer

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs