Fred Mercier

Mazda CX-3 2018: le plaisir avant la famille

Dans un monde où les ventes de voitures sont en baisse au profit de petits véhicules utilitaires, un modèle comme le CX-3 devient de plus important chez Mazda.

Mazda CX-3 2018

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Prix agressif
  • Transmission manuelle enfin offerte
  • Garantie à kilométrage illimité
  • Espace de chargement trop petit
  • Places arrière restreintes
  • Système d’infodivertissement vieillissant

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 8/10

  • Apparence: 8/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 5/10

  • Comportement: 8/10

  • Performance: 7/10

  • Rangement: 6/10

Dans un monde où les ventes de voitures sont en baisse au profit de petits véhicules utilitaires, un modèle comme le CX-3 devient de plus important chez Mazda.

Pour 2018, le constructeur japonais a d’ailleurs revampé son offre et propose une recette légèrement retravaillée de son plus petit VUS.

D’abord, les puristes seront heureux d’apprendre que la transmission manuelle est finalement disponible à bord du CX-3. Enfin! Ça aura pris du temps, mais Mazda a finalement tenu parole. L’ajout de cette nouvelle boîte a fait baisser le prix de départ du CX-3 2018 sous la barre des 20 000$, à 19 995$. Pour l’année-modèle 2019, le prix est légèrement revu à la hausse et est maintenant affiché à 20 795$.

Le fameux plaisir de conduire

Peu importe le modèle, les produits Mazda ont tous un point en commun: l’emphase est mise sur le plaisir derrière le volant. Du gros CX-9 à la jolie MX-5, c’est le mandat que le constructeur s’est donné. Et force est d’admettre que ce ne sont pas des paroles en l’air.

De tous les VUS «sous-compacts» qui pullulent le marché, c’est définitivement le CX-3 qui propose la conduite la plus engageante. Bon, disons que ça reste un petit véhicule qui n’a rien d’une voiture sport, mais Mazda réussit tout de même à lui insuffler une bonne dose de dynamisme.

Avec 148 chevaux et 146 livres-pied, le petit moteur à quatre cylindres de 2,0 litres qui se cache sous le capot fait un travail sans faille. L’arrivée de la boîte manuelle est évidemment une bonne nouvelle, mais ceux qui préfèrent l’automatique se retrouveront avec une transmission à six rapports dont le travail est tout simplement exemplaire.

Mais au-delà des performances, c’est au chapitre de la direction que le CX-3 se démarque réellement de la concurrence. Et cette année, Mazda en a rajouté une couche en intégrant de série le contrôle de vecteur de force G, une technologie qui permet d’améliorer les aptitudes du véhicule en virage. C’est subtil, mais cela fait du CX-3 un véhicule encore plus compétent sur la route.

À l’intérieur, l’habitacle est joliment épuré et intègre du cuir et de jolies couleurs, surtout si vous optez pour la variante plus haut de gamme, la GT. Les places avant proposent un confort très acceptable, mais l’espace pour les jambes se fait rare quand on prend place sur la banquette. Là, le gabarit du CX-3 se fait drôlement sentir.

Le système d’infodivertissement est affiché sur un écran tactile de 7 pouces qu’on peut aussi contrôler à partir d’un bouton-roulette positionné entre les deux sièges. Sans être hideux, l’affichage de ce système date maintenant de quelques années et certains constructeurs ont eu le temps de développer des technologies plus intuitives. Peut-être serait-il temps pour Mazda de passer à autre chose.

La lacune est dans le coffre

Joli et amusant à conduire, le Mazda CX-3 séduit aussi par sa position de conduite plus haute que celle d’une voiture et par son rouage intégral offert en option. Pour beaucoup de conducteurs, ce sont là deux incontournables.

Mais quand on achète un VUS, on s’attend aussi à un peu de polyvalence. Et en matière d’espace de chargement, la Mazda CX-3 est un véritable cancre.

Avec ses 452 litres disponibles derrière la banquette, le CX-3 est nettement moins logeable que le Honda HR-V (657 litres), le Toyota C-HR (538 litres) ou le Chevrolet Trax (530 litres).

Même la Mazda3 Sport fait mieux avec 572 litres! D’ailleurs, la Mazda3 propose à un espace et un confort à peu près identiques à ceux du CX-3 tout en conservant des performances et un dynamisme supérieurs tout en conservant une meilleure économie de carburant.

Bref,  à moins de tenir mordicus au rouage intégral, le CX-3 se fait damer le pion par sa petite sœur.

Avec un peu plus d’espace dans le coffre, le Mazda CX-3 pourrait réellement devenir le champion incontesté de sa catégorie. En attendant, il s’agit d’un véhicule utilitaire qui n’a pas grand chose d’utilitaire.

Faudra apprendre à voyager léger!

Fiche technique

Nom: Mazda CX-3 2018
Prix de base: 20 795$
Configuration : Véhicule à deux ou quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Moteur: Quatre cylindres de 2,0 litres
Puissance/couple: 148 ch/ 146 lb-pi
Transmission: Manuelle ou automatique à six rapports
Consommation d’essence annoncée (FWD): 8,3 L/100 km (ville) / 6,9 L/100 km (route)
Consommation d’essence annoncée (AWD): 8,6 L/100 km (ville) / 7,4 L/100 km (route)
Garantie de base: 3 ans/kilométrage illimité
Concurrence: Honda HR-V, Toyota C-HR, Chevrolet Trax, Hyundai, Kona, Nissan Qashqai
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs