Fred Mercier

[EN VIDÉO] On a conduit le Talisman, la voiture québécoise faite pour la piste

Pas besoin d’un monstre de 700 chevaux pour s’amuser sur une piste de course.

Pas besoin d’un monstre de 700 chevaux pour s’amuser sur une piste de course.

Au contraire, c’est d’abord avec un bolide léger et maniable que la magie opère. Et ça, Daniel Campagna l’a compris depuis longtemps.

Campagna, c’est l’homme derrière le T-Rex. Vous savez, ce véhicule à trois roues qui fait tourner autant de têtes qu’une Lamborghini? C’est lui. Ce bolide, il est construit au Québec depuis plus de 20 ans. Campagna a vendu la compagnie il y a une dizaine d’années, mais c’est encore son nom qui trône sur la carrosserie.

Aujourd’hui, Daniel Campagna a d’autres projets. Un autre gros projet, en fait. Le Talisman GV-1. Un bolide de performances pensé pour la piste, et rien d’autre.

Après cinq ans à bûcher et à retravailler mille et une pièces pour satisfaire sa légendaire minutie, le Québécois est enfin prêt à commercialiser sa machine. On l’a rencontré au circuit ICAR de Mirabel pour mettre la main sur la version finale, celle qui entrera en production dès cette année.

La beauté dans la simplicité

Animé par un moteur Honda R18 auquel Campagna a ajouté un turbocompresseur, le Talisman développe une écurie de 235 chevaux et un couple de 214 livres-pied. C’est beaucoup de puissance, pour un bolide pesant un maigre 571 kilos. Énormément de puissance, même.

Pour obtenir une telle légèreté, le Talisman GV-1 fait appel à plusieurs composantes en fibre de verre, du capot aux prises d’air en passant par le dossier des sièges.

À bord du Talisman, l’ambiance est au minimalisme. L’habitacle se résume à une instrumentation toute simple, à un levier de vitesses tout aussi élémentaire et à un volant rétractable pour faciliter l’accès à bord.

Sur la piste, on ne met pas trop de temps à apprivoiser la nouvelle bête de Daniel Campagna. Ses petites dimensions et l’excellente visibilité procurée par sa carrosserie, dont le toit se résume à une petite barre protectrice au-dessus de votre tête, sont parfaites pour assurer une maniabilité exemplaire.

Attention, toutefois, parce qu’avec autant de puissance dans une carcasse aussi légère, le train arrière a tendance à virevolter. Un peu trop, parfois. Faut conduire le Talisman avec des pincettes et s’assurer de ne pas trop accélérer avant d’avoir redressé les roues. Ici, vous êtes dans une vraie voiture de course. Il n’y a pas d’antipatinage pour vous sauver la peau si vous faites le fou.

Et au fond, c’est ce qui fait la beauté du Talisman GV-1. C’est une machine qui ramène le pilotage à sa plus simple expression. Aucune interférence technologique.

Fabriqué à Plessisville, le Talisman GV-1 ne pourra pas être immatriculé pour circuler sur les routes publiques. Il faut le voir comme un jouet, comme un bolide exclusif à la piste qui vous permet de lâcher votre fou les fins de semaines.

À un prix de 49 950$, ce n’est pas un jouet pour tout le monde. Mais une fois sur un circuit, chaque dollar vous sera rendu au centuple.

Fiche technique

Nom: Talisman GV-1
Prix de base: 49 950$
Configuration : Véhicule à roues motrices arrière avec motorisation à l’arrière
Moteur: Quatre cylindres turbocompressé de 1,8 litre
Puissance/couple: 235 ch/ 214 lb-pi
Transmission: Manuelle à cinq rapports
Largeur: 1778 mm
Longueur: 3505 mm
Hauteur: 1092 mm
Empattement: 2286 mm
Poids: 571 kg (1260 lbs)
 

 

 

 

 

 

 

Talisman GV-1

Frédéric Mercier

Talisman GV-1

Frédéric Mercier

Talisman GV-1

Frédéric Mercier

Talisman GV-1

Frédéric Mercier

Talisman GV-1

Frédéric Mercier

Talisman GV-1

Frédéric Mercier

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs