La SAAQ accepte cette plaque personnalisée au goût discutable

Pourtant, la SAAQ refuse les combinaisons qui expriment une idée obscène, scandaleuse ou de nature sexuelle.

Plaque d'immatriculation personnalisée - SMEGMA

Facebook - Ryk Edelstein

Depuis le 27 juillet dernier, la SAAQ offre la possibilité aux Québécois de commander une plaque personnalisée pour leur véhicule de promenade.

 

À lire aussi: 8 plaques personnalisées parfaites pour les voitures électriques

À lire aussi: 15 plaques personnalisées originales et farfelues

 

 

 

C’est ce que bien des conducteurs ont fait, dont Ryk Edelstein. Sur sa plaque d’immatriculation personnalisée, on peut clairement y lire «SMEGMA». Il a apposé sa plaque à l’arrière de sa voiture, une Dodge Charger de couleur noire.

Il est fort étonnant que ce résident de Montréal ait réussi à obtenir cette combinaison. En effet, sur le site internet de la SAAQ, le règlement stipule que: « Le numéro personnalisé choisi ne doit pas comporter une expression ou un message, y compris par la lecture en sens inverse : [...] qui exprime une idée obscène, scandaleuse ou de nature sexuelle ».

Il est également écrit de manière on ne peut plus claire : «La SAAQ se réserve le droit de refuser de délivrer ou de retirer de la circulation toute combinaison qui ne répond pas ou plus aux règles et n’est pas responsable du préjudice qui pourrait résulter du choix de combinaison par le demandeur.»

À cet effet, plusieurs internautes ont signalé leur mécontentement après que la SAAQ a refusé la combinaison de caractères choisis.

Rappelons que ceux et celles qui désirent obtenir une plaque personnalisée doivent débourser 249,50 $. Aux frais de renouvellement annuel s’ajoute la somme de 34,50 $.

L’avis de la SAAQ

Gino Desrosiers, relationniste à la SAAQ, a défendu le choix de l’organisme gouvernemental d’émettre cette plaque d’immatriculation personnalisée. Il a souligné qu’il s’agit d’un terme biologique au même titre que la sueur ou la salive. Il s’agit d’une substance naturelle sécrétée par le corps humain. On mentionne aussi que le terme n’est pas utilisé de manière vulgaire.

M. Desrosiers a aussi ajouté que les citoyens peuvent déposer une plainte à la SAAQ s’ils jugent qu’une plaque est inappropriée. Dans ce cas, un comité évalue la situation et la SAAQ se réserve le droit de révoquer la plaque.

Pour le moment, aucune plainte n’a été déposée à sa connaissance suite à l’émission de la plaque «SMEGMA».

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs