Fred Mercier

Pourquoi circule-t-on à gauche dans certains pays?

Comme chez nous, la majorité des pays à travers le globe ont adopté un système où les véhicules circulent du côté droit de la route.

Londres

stock.adobe.com

Comme chez nous, la majorité des pays à travers le globe ont adopté un système où les véhicules circulent du côté droit de la route. 

Sauf que ce n’est pas le cas partout dans le monde. Selon Business Insider, on compte encore 76 pays où les voitures circulent plutôt à gauche. Des pays comme l’Angleterre, l’Australie ou le Japon, pour ne nommer que ceux-là, qui représentent environ 35% des automobilistes de la planète.

 

À lire aussi: Conduire à l'envers, pas évident!

À lire aussi: Conduire à l'étranger en évitant les mauvaises surprises

 

Bien avant les voitures

Pour déterminer pourquoi les voitures ne circulent pas toutes dans le même sens, il faut retourner à une époque où elles n’existaient même pas.

Dans l’Empire romain, qui occupait pratiquement tout le continent européen dans ses heures de gloire, la circulation se faisait à gauche, et non pas à droite. Les cavaliers, majoritairement droitiers, pouvaient ainsi utiliser leur arme de la main droite pour se défendre à l’approche de truands.

Une autre théorie veut que la circulation sur la gauche de la route se faisait pour que les cavaliers puissent monter sur leur cheval par la gauche sans avoir à se rendre dans le milieu du chemin. Pour la majorité de droitiers, monter à la gauche du cheval s’avérait plus facile que de passer par la droite.

Tout ça pour dire que chez les Romains, se croiser par la gauche était coutume. Même après la chute de l’Empire, les nations qui en découlèrent continuèrent d’abonder en ce sens.

La conduite à gauche demeura la norme en Europe durant l’époque médiévale. Plus tard, en 1773, le gouvernement britannique officialisa même le tout en adoptant une Loi en ce sens.

 

Un homme qui change tout

Jusqu’à la fin du 18e siècle, on semblait se diriger vers un monde plutôt simple où tous allaient conduire du même côté de la route, peu importe leur origine.

Ça, c’était jusqu’à l’arrivée de Napoléon Bonaparte.

Le petit empereur français aux grandes ambitions avait bien l’intention de conquérir l’Europe, au début du 19e siècle. Et en guise de tactique d’intimidation, Napoléon renversa le système des Romains et fit adopter aux Français et aux pays qu’il allait conquérir un réseau routier où les cavaliers se croiseraient plutôt par la droite.

Lui-même gaucher, cette modification majeure aux habitudes de son peuple permettait à Napoléon un meilleur contrôle sur ses armes lorsqu’il se déplaçait. Puis, d’autres nations voisines décidèrent d’emboîter le pas, question de se simplifier la vie.

À la fin de son règne, Napoléon laissait en héritage un réseau routier radicalement changé. Sauf que l’empereur français ne réussit jamais à se rendre jusqu’au Royaume-Uni. Et là-bas, la norme demeura la conduite à gauche.

Encore aujourd’hui, d’ailleurs, la majorité des pays où les automobiles circulent à gauche ont été colonisés par l’Angleterre. Il suffit de penser à l’Australie, à la Nouvelle-Zélande, à l’Inde ou à l’Afrique du Sud.

 

Le Japon demeure la plus grande exception. N’ayant jamais été colonisé, ce pays asiatique adopta la conduite à gauche il y a fort longtemps, pour des raisons similaires à celles de l’Empire romain. Ce modèle a survécu au temps et demeure celui qu’on utilise aujourd’hui.

Chez nous

En Amérique du Nord, on allait faire les choses différemment. Malgré notre passé à domination britannique, Canadiens et Américains ont un point commun. Comme Napoléon l’aurait voulu, nous conduisons du côté droit de la route. 

Ce ne fut pas toujours le cas. À l’arrivée des premiers colons aux États-Unis, le mode anglais fut respecté et les cavaliers se croisaient à gauche, comme dans leur pays d’origine.

Sauf que rapidement, l’immensité du territoire força les Américains à créer des cortèges de plusieurs chevaux pour transporter leur marchandise. Les conducteurs de ces «wagons» prenaient place sur le cheval arrière gauche afin de fouetter les animaux avec leur main droite. Lorsqu’ils se croisaient, les personnes aux commandes se rangeaient naturellement vers la droite, questions de pouvoir bien voir ce qui s’en venait à leur gauche.

Chez nous, même après la défaite des Français et notre transition forcée vers l’Angleterre, les Canadiens français optèrent pour la conduite à droite. 

Ailleurs au Canada, toutefois, la conduite à gauche demeura coutume jusqu’au 20e siècle dans plusieurs provinces. À Terre-Neuve, on continua même d’utiliser ce modèle jusqu’en 1947, avant de joindre le Canada en 1949.

Une transition vers la droite

Encore plus récemment, la Suède était un pays où on circulait à gauche. Le gouvernement a même organisé un référendum pour demander à sa population de s’exprimer sur le sujet en 1955. Et même si une grande majorité s’est exprimée contre la transition vers la droite, celle-ci a été adoptée quelques années plus tard, en 1963.

D’autres pays comme la Chine (1946), le Nigeria (1972) et Samoa (2009) ont fait la transition vers la conduite à droite plutôt récemment.

Petit à petit, les États conservant un réseau routier où les véhicules circulent à gauche perdent du terrain. Mais ils sont encore nombreux, et ce n’est pas demain la veille que le réseau routier mondial sera standardisé.

C’est vrai, ce serait probablement plus simple si c’était le cas. Mais derrière toute cette confusion se cache une multitude d’histoires et une pointe de mystère.

Après tout, notre monde est parsemé d’anomalies. Le réseau routier n’en est qu’un autre exemple.

659bc1c0-a687-48ee-8d8b-b894b62980fd

Aleksander - stock.adobe.com

13be73d6-f402-4991-a2a1-91807edb5b54

FiledIMAGE - stock.adobe.com

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs