Elle a roulé de la Floride jusqu’ici en Porsche 911 Turbo 1986

À la fin du mois d’août dernier, c’est au volant de l’une de ses Porsche 911 Turbo (930) 1986 qu’elle a traversé les États-Unis pour se rendre jusqu’à Montréal.

Anna et sa Porsche 911 Turbo (930) 1986

Germain Goyer

Située en bordure de l’autoroute Décarie, l’Orange Gibeau Julep est le lieu de rencontre par excellence des mordus de l’automobile.

Alors que l’été en était à ses derniers milles, j’y ai rencontré Anna. Née au Québec, elle demeure désormais à Miami, en Floride. Et une chose ne pourrait être plus sûre, les kilomètres ne l’effraient pas. Au contraire, elle les dévore un à un avec passion.

 

À lire aussi: La 911 Carrera T est la Porsche des puristes

 

À la fin du mois d’août dernier, c’est au volant de l’une de ses Porsche 911 Turbo (930) 1986 qu’elle a traversé les États-Unis pour se rendre jusqu’à Montréal.

J’ai précisé «l’une des», car elle en possède deux. Même marque, même modèle, même version, même année. Seule la couleur diffère. L’une est noire et l’autre est rouge.

Si elle a traversé verticalement les États-Unis pour visiter ses proches qui demeurent au Québec, elle les a également traversés horizontalement l’année passée. Et ce, toujours au volant de sa Porsche 911 Turbo 1986 qu’elle a décorée aux couleurs de la boule no 8 d’un jeu de billard. 

La genèse

La première fois qu’elle a vu une Porsche, Anna s’en souvient comme si c’était hier. Elle m’a raconté avec des étincelles dans les yeux que ça s’est produit lors de vacances au New Jersey.

Comme Anna l’a si bien dit, ce n’était pas «Love at first sight», mais bien «Love at first sound». Déjà à ce moment, la sonorité du moteur à six cylindres à plat refroidi à l’air piquait sa curiosité. Il s’agissait d’une 911 Targa de couleur argentée. Aujourd’hui, elle aimerait bien retrouver l’exemplaire qu’elle a jadis croisé quand elle était adolescente et qui l’a tant fait rêver à partir de ce moment.

Avant de prendre le volant d’une Porsche pour la toute première fois, elle a dû attendre une dizaine d’années supplémentaires. Le hasard a fait qu’il s’agissait d’une 911 Targa de la même teinte que celle vue alors qu’elle était adolescente.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Throw all the way back to the beginning. They say you never forget your first ��

Une publication partagée par Anna Carrera (@930_bandit) le

 

Si elle manque de doigts pour compter ses road trips, elle est aussi une fanatique de la piste. En ce qui a trait à son éveil pour la course automobile, il s’est produit alors qu’elle était encore une très jeune adolescente. De sa chambre située dans la maison familiale de Brossard, elle se rappelle avec précision avoir entendu le vrombissement de moteurs qui n’étaient pas ceux de voitures conventionnelles.

Mais ça n’a duré que l’instant d’une fin de semaine. Quelques années plus tard, elle a enfourché sa bicyclette afin de suivre la provenance du bruit qu’elle n’entendait qu’une seule fin de semaine par année. 

Ainsi, elle s’est rendue jusqu’à l’île Notre-Dame où elle a découvert, vous l’aurez deviné, la Formule 1.

Aujourd’hui, elle raffole des sessions de lapping au volant de sa 911 SC 1982. Le moteur d’origine de cette dernière a été remplacé par un six cylindres de 3,2 L provenant d’une 911 1987. Elle a notamment roulé sur les circuits Homestead-Miami, Sebring, Road Atlanta et Roebling Road. 

 

Une vraie mordue de Porsche

Il est exceptionnel de posséder une seule Porsche 911 Turbo (930) 1986. Anna, elle, en possède deux.

Mais ce n’est pas tout.

En plus de ces deux voitures qui pourraient rendre jaloux n’importe quel collectionneur ainsi que la 911 avec laquelle elle s’amuse sur circuit, son garage abrite également une 928 S4.

Bien qu’elle ait développé une relation particulière avec la 911 Turbo (930) noire qu’elle conduisait lorsque nous l’avons rencontrée, sa préférée demeure, et de loin, celle de couleur rouge.

Baptisée «Baby doll», elle l’a acquise afin de remplacer sa toute première Porsche, une Carrera 1986 qui était rouge, vous auriez pu le deviner. Malheureusement, cette dernière a été sévèrement accidentée en 2009. L’impact a d’ailleurs fracassé une jambe à Anna en plus de l’atteindre émotivement. Elle n’hésite pas à affirmer que la remplaçante de la voiture a carrément sauvé sa vie et son âme. Achetée à environ 40 000 milles (64 000 kilomètres), elle en affiche maintenant plus de 130 000 (209 000 kilomètres). 

 

Prise au piège

Pourquoi deux autos presque pareilles, demanderez-vous.

C’est fort simple. Elle est tombée dans un piège. Alors qu’elle possédait la rouge depuis un moment, elle a vu la noire sur le site de revente Craigslist.

Elle appartenait à un médecin à la retraite qui possédait une impressionnante brochette de voitures de collection. N’ayant parcouru que 65 000 milles (105 000 kilomètres), la Porsche tant convoitée était en très bon état. L’idée était de l’acheter et de la revendre à profit. Pourquoi pas? Or, elle a dû affronter un solide problème. Elle était incapable de l’afficher puisqu’elle a eu un véritable coup de foudre pour cette voiture. Lorsqu’on jette un œil à l’odomètre sur lequel on peut désormais lire 145 000 milles (233 000 kilomètres), il n’est aucunement difficile de croire qu’elle l’aime viscéralement.

C’est aussi ce qu’elle avait l’intention de faire avec la 928 S4 qu’elle a dénichée dans les Cantons de l’Est. Jamais il lui était venu à l’esprit de la conserver. Mais en la conduisant du Québec jusqu’à Miami, elle est, une fois de plus, tombée en amour.

Quand on l’interroge sur ses rêves, Anna réfléchit longtemps avant de répondre. Certes, elle ne lèverait pas le nez sur une Porsche 911 Turbo de la génération 993. Mais son véritable fantasme, elle l’a déjà réalisé: c’est de posséder une 911 Turbo 1986 rouge et une autre noire.

Vous pouvez suivre ses nombreuses péripéties au volant de ses Porsche sur son compte Instagram 930_bandit

Porsche 911 Turbo (930) 1986

Germain Goyer

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs