Quelle sera la prochaine marque à partir?

Inutile de vous le dire, la compétition dans le domaine automobile n’a jamais été aussi forte. Certains joueurs ne pourront rester encore bien longtemps.

Mitsubishi Eclipse Cross

Mitsubishi

Inutile de vous le dire, la compétition dans le domaine automobile n’a jamais été aussi forte. L’offre du nombre de modèles se multiplie au même titre que les acheteurs, qui ne savent souvent plus où donner de la tête lorsque vient le temps de magasiner. Ironiquement, les besoins de ces derniers sont souvent les mêmes, ce qui explique sans doute la très grande ressemblance des véhicules, d’un modèle à l’autre, ou encore le fait que notre parc automobile soit majoritairement composé de véhicules noirs ou blancs.

 

À lire aussi: Qui a tué la voiture familiale?

À lire aussi: 10 modèles dont les ventes vont vraiment mal

 

Si certaines marques réussissent à tirer leur épingle du jeu, d’autres ont hélas beaucoup plus de misère à survivre. Et même si le marché ne cesse d’accroître, certains constructeurs peinent à faire en sorte que leurs opérations soient financièrement viables. Voilà pourquoi plusieurs marques de renom ont disparu de notre paysage au cours des dernières années.

Pensez-y, uniquement depuis l’an 2000, près d’une douzaine de marques ont tiré leur révérence. Évidemment, la crise financière de 2008 qui a engendré la faillite de GM avait à elle seule été responsable de la disparition des marques Pontiac, Hummer, Saab et Saturn, et ce quelques années après l’abandon d’Oldsmobile par GM. Pensons aussi à Plymouth et à Mercury du côté des marques américaines, qui par leur départ, avaient engendré une restructuration massive des réseaux de concessionnaires canadiens de Chrysler et de Ford. 

Chez les marques asiatiques, impossible de passer sous silence le départ en 2013 de Suzuki qui, à une certaine époque, faisait des affaires d’or dans la Belle Province. Également, celui de la division jeunesse de Toyota, en l’occurrence Scion, qui n’a jamais réellement réussi à percer le marché canadien. Puis, auriez-vous aussi oublié la triste immersion ratée de Daewoo, qui après seulement quatre ans d’opération, allait quitter suite à son rachat par General Motors. D’ailleurs, GM a aussi été responsable du départ de la marque Isuzu au cours des années 2000, laquelle ne se consacre aujourd’hui qu’aux camions de poids moyens.

Bref, plusieurs marques automobiles disparaissent pour diverses raisons. Alors, les paris sont ouverts. Quelle sera la prochaine à quitter? Spéculons un peu... 

Mitsubishi?

À une certaine époque, j’aurais eu envie de vous dire oui. Une marque offrant jadis une gamme complète de modèles, et qui pour diverses raisons, est devenue en l’espace de quelques années seulement, un joueur symbolique. À la blague, on s’amuse d’ailleurs à mentionner dans le domaine que le groupe ALBI vend à lui seul deux fois plus de véhicules annuellement que Mitsubishi Motors à l’échelle canadienne. Hélas, le mariage de Mitsubishi Motors au conglomérat Renault-Nissan me laisse aujourd’hui croire que cette marque est aujourd’hui sur une pente ascendante, et que les prochaines années nous réserveront de belles surprises, particulièrement du côté des véhicules électriques. Alors non, pas Mitsubishi. 

Smart?

Pas impossible, puisque seulement 368 voitures trouvaient preneur en 2017, à l’échelle canadienne. L’abandon des versions à essence et le désintérêt total des concessionnaires envers cette marque pourraient très bien expliquer la disparition prochaine d’une voiture qui n’aura été l’objet que d’une mode passagère. En revanche, Mercedes-Benz a récemment confirmé avoir des plans pour la smart fortwo, en la considérant comme cruciale dans sa stratégie d’électrification de sa gamme. Pourrait-on prochainement voir apparaître une nouvelle génération de la fortwo électrique, plus charmante et plus efficace au chapitre de l’autonomie? Sans doute que oui. Reste à voir si cette dernière franchira les frontières du Canada. 

Chrysler?

Pour l’heure, il ne reste que deux modèles tatoués par l’écusson Chrysler. La berline 300, dont les ventes au détail sont en chute libre, puis la fourgonnette Pacifica. Du côté de la 300, les rumeurs font état d’un abandon prochain, tel que mentionné dans un récent article d’Automotive News. Ne reste donc que la Pacifica, un produit franchement convaincant, mais que FCA ne semble pas vouloir promouvoir. Il est donc clair qu’à elle seule, cette fourgonnette ne pourrait justifier la survie de la marque qui, entre vous et moi, n’aguiche plus personne. Pourrait-on alors rapatrier la Pacifica chez Dodge et abandonner définitivement la marque Chrysler? Ou alors, à l’inverse, faire renaître cette marque en misant sur la carte du luxe avec par exemple, une nouvelle famille de VUS? Chose certaine, FCA devra prendre une décision d’ici peu, quant à l’avenir de Chrysler. 

Fiat?

Alors ça, c’est probable. Si j’avais un petit deux à parier, je miserais sans doute sur Fiat qui, depuis son arrivée, n’est qu’un constat d’échec. La fiabilité a d’abord fait déchanter bien des propriétaires de la petite 500, qui auraient souhaité profiter positivement de cette mignonne petite voiture, qu’on percevait à son arrivée en 2010 comme une rivale bon marché de la Mini Cooper. Hélas, on était loin de là. Se sont ensuite pointés les modèles 500L et 500X, deux véhicules inefficaces et trop coûteux, qui ne se sont vendus qu’au compte-gouttes. Et finalement, le roadster 124 Spider, un peu plus convaincant, mais dans l’ombre de la Mazda MX-5, de laquelle il dérive.

Conséquemment, après avoir demandé à plusieurs dizaines de concessionnaires d’investir massivement dans la construction d’une salle d’exposition distincte, FCA a visiblement choisi de jeter la serviette. À preuve, seulement 2 339 véhicules Fiat ont été vendus en 2017 au pays, pour une disponibilité de quatre modèles. Or, le plus dramatique, c’est que les concessionnaires ne tiennent aujourd’hui plus d’inventaires. Certains n’ont plus de véhicules en commande et ne souhaitent tout simplement plus mettre d’efforts en ce sens, considérant avec raison que cette opération de séduction à l’italienne leur a déjà coûté assez cher.

Attendez-vous donc à ce qu’une décision prochaine soit prise quant à l’avenir de cette marque, considérée comme le bébé de feu Sergio Marchionne, ex-président et chef de la direction de FCA, récemment décédé. Et d’ici là, les concessionnaires miseront avec raison sur ce qui vend, c’est-à-dire Jeep, Ram et Dodge. Trois marques qui sont évidemment bien loin de tirer leur révérence. 

Chrysler 300

Chrysler

Mitsubishi Outlander PHEV

Mitsubishi

Pontiac G3

Pontiac

Fiat 500 L

Fiat

Smart fortwo

Smart

Saturn Aura

Saturn

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs