Nissan Altima 2019: enfin un moyen de se distinguer

Non seulement 2019 marque l’arrivée de la sixième génération du modèle, mais elle est aussi synonyme de l’arrivée du rouage intégral pour cette berline intermédiaire.

Nissan Altima 2019

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Enfin le rouage à quatre roues motrices
  • Consommation d’essence raisonnable
  • Fort désir de faire revivre le segment des berlines intermédiaires
  • Léger manque de puissance
  • Absence du moteur turbocompressé à compression variable au Canada
  • Boîte à variation continue (CVT) rend le moteur quelque peu bruyant

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Apparence: 7/10

  • Performance: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Rangement: 7/10

Tanné de constater que l’Altima se vend de moins en moins depuis plusieurs années déjà au Canada, Nissan a pris le taureau par les cornes. Non seulement 2019 marque l’arrivée de la sixième génération du modèle, mais elle est aussi synonyme de l’arrivée du rouage intégral pour cette berline intermédiaire.

 

À lire aussi: Nissan croit en l’avenir des berlines et voici pourquoi

 

Enfin une concurrente à la Subaru Legacy

Dans le segment des berlines intermédiaires, rares sont celles qui offrent les quatre roues motrices. En fait, il n’y en a qu’une : la Subaru Legacy. Désormais, elle ne sera plus seule puisque la nouvelle Altima tentera de lui soutirer quelques acheteurs. Ah, il y a aussi la Ford Fusion, mais comme sa mort est imminente, laissons-la de côté.

Hélas, le lancement de cette nouvelle génération du modèle a eu lieu en Californie. Il est inutile de préciser qu’il s’agissait sans doute du pire endroit pour mettre à l’essai un système à quatre roues motrices. Nous avons déjà hâte - en fait, presque - que les premiers flocons tombent sur le Québec afin d’opposer l’Altima à la Legacy et ainsi de présenter une évaluation plus réaliste et pertinente. 

Sous le capot

Ça ne pourrait être plus simple. Pour le marché canadien, il n’y a qu’un seul moulin qui soit offert. Il s’agit d’un bloc à quatre cylindres de 2,5 L. Celui-ci développe une puissance de 182 chevaux-vapeur ainsi qu’un couple de 178 livres. Il est jumelé à une boîte automatique à variation continue (CVT) ce qui rend le moteur bruyant – comme c’est malheureusement souvent le cas – lorsqu’il est moindrement sollicité. Force est d’admettre que la Nissan Altima 2019 n’est pas une fusée, mais on vit bien avec ce fait étant donné qu’il ne s’agit pas de l’objectif visé, loin de là.

Bien qu’il ne s’en serait probablement vendu qu’une poignée, on a quand même versé une larme en apprenant que le fameux moteur turbocompressé à compression variable ne traversera pas la frontière. Ses 248 chevaux-vapeur et son couple de 273 livres-pied qu’il développait nous émoustillaient.

Toujours à titre de comparaison, notons que le moteur à plat de 2,5 L de la Legacy génère 175 chevaux-vapeur et 174 livres-pied. 

Qu’en est-il de la consommation?

Ressources naturelles Canada n’a pas encore publié les cotes de consommation de la nouvelle Altima. En revanche, du côté de Nissan, on affirme qu’en conduite combinée, elle consommera 7,9 L/100 km dans ses versions S et SV. À titre indicatif, en 2018, cette berline affichait une cote de 7,6 L alors que seules les roues avant étaient motrices.

En ce qui concerne la Legacy, elle se classe derrière l’Altima. En effet, en conduite combinée, elle affiche une consommation de 8,2 L/100 km. 

Trois modèles qui se pilent sur les pieds

Alors que les véhicules utilitaires sport (VUS) sont plus populaires que jamais - j’ai l’impression d’écrire ceci dans chacun de mes essais routiers et ce, peu importe la catégorie de véhicule -, on cafouille lorsque vient le temps d’élaborer une stratégie qui se tient pour les différentes berlines dont les ventes dégringolent.

Entre une Altima haut de gamme et une Maxima d’entrée de gamme, il n’y a qu’un maigre écart de 2000 $. La première doit se contenter d’un moteur à quatre cylindres et du rouage intégral alors que la seconde est dotée d’un V6, mais il faudra vivre avec ses roues motrices avant.

Mais ce n’est pas tout. Il ne faut pas négliger la Q50 d’Infiniti qui fait partie de la même grande famille. Offert à partir de moins de 40 000 $, elle joue dans les mêmes platebandes que ses deux cousines.

Y aurait-il une joueuse de trop sur le terrain? Une chose est sûre, je ne tomberais pas en bas de ma chaise si j’apprenais que la Maxima tirerait bientôt sa révérence. 

Et pourquoi pas une version vraiment abordable?

Quand je dis «abordable», je veux dire « vraiment abordable ». Chez Nissan, on joue très fort du coude quand vient le temps de parler de prix. Après tout, c’est ce constructeur qui offre la voiture et le VUS les moins chers du marché, soit la Micra et le Kicks. Alors, pourquoi ne pas tenter une offensive similaire avec les berlines intermédiaires? Certes, on ne lèvera jamais le nez sur une Altima à quatre roues motrices. Cela dit, ce n’est pas tout le monde qui en a besoin. La preuve, il a fallu plus de 25 à Nissan avant de se réveiller et de l’offrir. Bref, tout ça pour dire qu’il pourrait être à la fois avantageux pour Nissan et le consommateur de proposer une Altima à roues motrices avant avec un prix alléchant qui se situerait sous la barre des 25 000 $.

Le coffre de l’Altima peut loger jusqu’à 436 litres. Ce volume est tout à fait respectable, considérant que la Legacy peut accueillir jusqu’à 425 litres dans sa valise. 

En bref

Dire que l’ancienne Altima était insipide serait un euphémisme. Bien qu’elle ne se distingue pas par un style à couper le souffle ou par un comportement routier transcendant, elle peut compter sur un solide atout pour 2019 : son rouage intégral. Il sera intéressant de constater si cette caractéristique sera suffisante à l’Altima pour que son nombre d’adeptes cesse de diminuer. 

Fiche technique

Nom: Nissan Altima 2019
Prix de base : 27 998 $
Configuration : Véhicule à quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur à quatre cylindres de 2,5 L
Puissance/couple: 182 ch/ 178 lb-pi
Transmission : À variation continue (CVT)
Consommation d’essence annoncée (versions S et SV): 9,1 L/100 km (ville) 6,5 L/100 km (route)
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
Concurrence: Subaru Legacy

Appréciation (sur 10)
Consommation d’essence : 8
Équipements : 7
Prix : 7
Style : 7
Confort (à l’avant) : 7
Confort (à l’arrière) : 7
Tenue de route : 7
Performance : 7
Espace de rangement : 7
Note globale : 7


Forces
Enfin le rouage à quatre roues motrices
Consommation d’essence raisonnable
Fort désir de faire revivre le segment des berlines intermédiaires

Faiblesses
Léger manque de puissance
Absence du moteur turbocompressé à compression variable au Canada
Boîte à variation continue (CVT) rend le moteur quelque peu bruyant

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Nissan Altima 2019

Germain Goyer

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs