Les hauts et les bas des voitures anciennes

Les prix alloués à certaines voitures anciennes en ont surpris plus d’un lors de l’encan annuel de voitures de collection de Saratoga Springs.

Voitures classiques

stock.adobe.com

Les prix alloués à certaines voitures anciennes en ont surpris plus d’un lors de l’encan annuel de voitures de collection de Saratoga Springs dans l’état de New York auquel j’ai récemment assisté.

L’évènement s’est également signalé par des fluctuations tout à fait inhabituelles des prix comme ces 175 000$ exigés pour un Humvee, finalement vendu à 55 000$, et des Ford Mustang de la première génération avec un prix plancher d’environ 8000$, une aubaine considérant le rôle qu’a joué ce modèle dans l’histoire de l’automobile. Ce qui démontre que le marché de la voiture ancienne est quelquefois en proie à des fluctuations  aussi inattendues que celles des marchés boursiers.

 

On y gagne ou on y perd selon l’humeur du moment. Pour une pièce rare qui atteint les 40 millions de dollars, les chiffres de la réalité sont souvent décevants. Sans compter que les sommes  prétendument payées pour une très rare Ferrari peuvent se désagréger aussi vite que la chronique financière du lendemain. Bizarrement, si l’on festoie sur les montants pharaoniques du jour, jamais il ne se dit pas un mot des déboires du jour d’après.

 

À lire aussi: Les voitures classiques, un investissement qui rapporte

À lire aussi: Les 10 voitures de collection les plus chères de tous les temps

 

Destination weekend

Soit dit en passant, les prix de la fin de semaine auraient permis à un néophyte bien conseillé de s’offrir un musée intéressant avec des voitures à des prix raisonnables sans faire éclater son compte en banque. Il est cependant difficile de prévoir quand se produira cette fébrilité du marché.   

À propos, le village où l’encan s’est déroulé, Saratoge Springs, est absolument ravissant. C’est sans doute l’un des plus beaux en Amérique. Il est parsemé de petits hôtels charmants et de restaurants sympathiques. 

L’endroit compte aussi une foule de musées, dont celui consacré aux courses de chevaux. Et le plus beau de l’histoire est que Saratoga  Springs n’est qu’à environ trois heures de Montréal en voiture, ce qui en fait une destination idéale pour un weekend.

 

Durant la saison estivale, un magnifique amphithéâtre de 3000 places accueille l’Orchestre Symphonique de  New York.  Mais voilà que je transforme cet article sur Saratoga en un hommage à sa vocation artistique alors que l’auto y occupe une place prépondérante avec un musée de belle tenue.

Des hauts et des bas

L’encan de la semaine dernière a démontré que l’emballement des prix connaît un recul notable depuis quelques mois, particulièrement chez  les voitures de classe moyenne, souvent les plus recherchées. Mais la plus belle preuve de ce déclin du marché de l’auto ancienne réside dans les prix payés pour des modèles qui se vendent habituellement 3 à 4 fois plus cher. Ainsi, on a pu assister à la vente de plusieurs modèles des années 70 que les spécialistes du marché considéraient comme des aubaines.

Une courte liste se lit comme suit:

Une Ford Mustang 1965 décapotable allouée à 5525$
Une Dodge Commander 1963 listée à 22 000$
Une Ford Thunderbird 1958 vendue 4950$
Une Mercedes-Benz S 450 S 1977 à 7425$
Une Buick Centurion laissée à 73  650$
Une Ford T-Bird 1958 vendue pour 4950$

Quelques Européennes ont aussi changé de camp, dont une Volvo 144 et une Austin Healey.

L’Américaine la plus désirable fut incontestablement cette une superbe Buick Riviera 1977, qui s’est envolée pour 6500$, un vol aux yeux des quelques centaines de spécialistes sur place. Il n’en reste pas moins que l’encan de Saratoga a généré des ventes totales de plus de 6 millions de dollars. «Ce n’est pas un record absolu, mais la somme amassée nous permettra de supporter les diverses œuvres de charité quoi comptent sur nous», a commenté Bob Bailey,  le directeur du musée de voitures d’époque.

 

Prudence

Cela dit, la récession qui frappe le marché de la voiture ancienne n’est pas catastrophique malgré le ralentissement que l’on a pu observer à Saratoga.  

Par exemple, ma propre Alfa Romeo Sprint vendue 40 000$ il y a 6 ans commande aujourd’hui 89,990$ selon les petites annonces de la revue mensuelle de la voiture ancienne.

Mais toutes les transactions ne sont pas aussi roses selon Richard Petit, propriétaire d’une trentaine de voitures anciennes, dont quelques Ferrari et des Porsche. Ce spécialiste recommande la prudence en traitant avec les riches Américains qui hantent le marché.

«Avant d’investir dans l’automobile de collection, il faut calculer ce qu’il vous en coûtera pour entretenir la voiture et la conserver dans un endroit sûr, ce qui pourrait rogner le profit réalisé à la vente. Il cite comme exemple le cas de nombreux acheteurs qui se sont fait attraper par des prix alléchants pour se rendre compte que les frais d’entretien, d’entreposage, d’assurance  et de paperasse gouvernementale, de transport, auront rogné tout espoir de profit. 

En conclusion, les voitures anciennes regroupent de plus en plus d’adeptes qui appartiennent le plus souvent à des clubs sociaux dont les principales activités gravitent autour de la marque de leur voiture. C’est ce dernier aspect qui peut s’avérer très lucratif ou très  risqué selon un nombre de facteurs qu’il vaut mieux connaître avant de s’y aventurer.    

Humvee

Courtoisie Saratoga Auctions

Ford Mustang 1966

Courtoisie Saratoga Auctions

Saratoga Springs

PHOTO COURTOISIE stockstudiosphotography.com

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs