Elle lance un cri du cœur contre le texto au volant après avoir subi un grave accident

Le 3 octobre dernier, Linda Léveillée a été victime d’un violent accident. Et aujourd’hui, elle se vide le cœur et partage sa colère contre le texto au volant sur son profil Facebook.

Cri du coeur - texto au volant

Facebook - Linda Léveillée

Le 3 octobre dernier, Linda Léveillée a été victime d’un violent accident. Et aujourd’hui, elle se vide le cœur et partage sa colère contre le texto au volant sur son profil Facebook.

 

 

À lire aussi: 7 règles oubliées du Code de la sécurité routière

 

Alors qu’elle circulait en direction ouest sur l’autoroute 10, Mme Léveillé a été victime d’un face à face. On peut lire que l’autre conductrice était en train de manipuler son téléphone cellulaire dans les instants précédant l’impact.

Considérant que les deux véhicules se déplaçaient à une vitesse d’environ 100 km/h, Mme Léveillée s’estime plus que chanceuse d’être encore vivante et de ne pas être davantage blessée.

En plus de devoir négocier avec les effets d’un choc traumatique majeur, cette dame a aussi dû entamer des démarches auprès de ses assurances. En effet, elle raconte ne pas avoir opté pour la valeur à neuf de son Ford Escape 2017 qu’elle a acquis deux semaines et trois jours avant l’impact.

Une sérieuse infraction

Rappelons que le Code de la sécurité routière stipule « qu’il est interdit à tout conducteur d’un véhicule routier et à tout cycliste de faire usage d’un téléphone cellulaire ou de tout autre appareil portatif conçu pour transmettre ou recevoir des informations ou pour être utilisé à des fins de divertissement, ou de faire usage d’un écran d’affichage [...] »

Depuis le 30 juin dernier, les contrevenants peuvent recevoir une amende qui varie entre 300 et 600 $. À cette contravention s’ajoutent cinq points d’inaptitude. Dans le cas d’une récidive, le permis de conduire peut être suspendu pour une durée de 3 à 30 jours.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs