Frédéric Mercier

Chevrolet Bel Air 1957: 60 ans et flambant neuve

La Chevrolet Bel Air n’a pas été construite pour aboutir dans un musée. Sauf que certains collectionneurs en ont décidé autrement.

Chevrolet Bel Air 1957

Courtoisie Voitures anciennes de Granby

La Chevrolet Bel Air n’a pas été construite pour aboutir dans un musée. Sauf que certains collectionneurs en ont décidé autrement.

 

À LIRE AUSSI: Chevrolet, de la Classic Six à la Corvette C8

À LIRE AUSSI: Chevrolet Bel Air 1959 vs Chevrolet Malibu 2009

 

Certes, la Bel Air a marqué les années 50 et 60, devenant même un symbole de son époque. Si bien que ce véhicule destiné au grand public est éventuellement devenu un objet de désir de toute une génération d’automobilistes nostalgiques.

C’est le cas de Dany Chabot, dont la Chevrolet Bel Air 1957 n’affiche que 2100 miles au compteur. Oui, vous avez bien lu. Plus de 60 ans après sa sortie de l’usine, elle n’a pas encore fini sa période de rodage!

 

Souvenirs d’enfance

Comme bien des propriétaires de voitures anciennes, la passion de Dany Chabot remonte à l’enfance. «Quand j’étais un petit gars, ç’a toujours été une bagnole que j’aimais», raconte-t-il à propos de la Bel Air, avouant avoir un faible pour les modèles de 1957 en particulier.

Puis, en vieillissant, le rêve est un jour devenu réalité. Le résident de Valcartier s’est acheté une Bel Air. Et une 57, à part ça. Sauf qu’un modèle ne lui suffisait pas. En plus de la version berline, Dany Chabot rêvait d’ajouter une Bel Air convertible de la même année à son humble collection.

Un beau jour, il est tombé sur le bolide tant recherché. Et pas n’importe lequel. «Je l’ai acheté d’un collectionneur. Elle avait seulement 689 miles à l’époque», explique Dany Chabot. «Ce n’est vraiment pas beaucoup de millage», ajoute-t-il en riant.

 

Effectivement, une Bel Air des années 50 avec aussi peu de vécu, vous n’en verrez pas tous les jours. Dany Chabot explique que le véhicule a été importé des États-Unis il y a une dizaine d’années par le collectionneur duquel il l’a acheté.

Ça fait environ six ans qu’il en est propriétaire, mais Dany Chabot se souvient encore clairement du moment où il a aperçu la jolie Bel Air pour la première fois. «L’ancien propriétaire était un ami de mon beau-père. C’est comme ça que je me suis retrouvé là-bas. Et quand j’ai vu la Bel Air, je la voulais absolument», raconte-t-il avec enthousiasme.

Sous le capot, la beauté américaine est équipée d’un V8 de 283 pouces cubes, le plus puissant qui était proposé à l’époque avec ses quelque 280 chevaux. Ce moteur, que Chevrolet appelait le «Super Turbo Fire V8», était d’ailleurs partagé avec une certaine Corvette.

«C’est un moteur que j’avais toujours vu dans les revues. C’était vraiment quelque chose de le voir en vrai», se remémore l’heureux propriétaire.

 

Faite pour rouler

Malgré le kilométrage à peu près inexistant de sa Bel Air, Dany Chabot ne l’a pas achetée pour la stationner dans un garage. «Je l’ai achetée parce que je veux la rouler», assure-t-il.

Sauf qu’il a vite réalisé qu’une voiture de cet âge qui a vu si peu d’asphalte ne peut pas reprendre la route du jour au lendemain sans embûches.

«Une voiture qui n’a pas roulé, c’est très dommageable», convient-il. «J’ai dû remplacer les pneus et le réservoir d’essence, refaire les carburateurs, changer les freins puis tout le filage électrique», énumère-t-il. Le toit de vinyle, usé par le temps, a aussi dû être restauré.

 

Maintenant, Dany Chabot profite de ses étés et des jolies routes de sa région pour se payer du bon temps à bord de ce bolide.

Celui-là même qui le faisait rêver quand il était petit gars.

Chevrolet Bel Air 1957

Courtoisie Voitures anciennes de Granby

Chevrolet Bel Air 1957

Courtoisie Voitures anciennes de Granby

Chevrolet Bel Air 1957

Courtoisie Voitures anciennes de Granby

Chevrolet Bel Air 1957

Courtoisie Voitures anciennes de Granby

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs